Archives de la catégorie ‘Avis Mangas’

Genre : Manga, SeinenSakka-logo-right

171 pages

Prix : 9€89 (PriceMinister)

Année de sortie : 2005

 

couv53405692Synopsis :

 

Le 31 mai 2001, en gare de Shinjuku, 54 lycéennes, main dans la main, se jettent sous un train. Seule Saya en réchappe. Un mois plus tard, la jeune fille se plaint à Kyôko, son amie d’enfance, de n’avoir pas péri en compagnie de Mitsuko, une autre de ses amies…

 

 

 

 

Mon avis :

 

C’est un manga que je voulais lire depuis quelques temps déjà. Le titre m’intriguait énormément. Mais je n’ai pas vraiment été emballer par l’histoire.

A la gare de Shinjuku, plusieurs jeunes filles se donnent la main le long de la rame et se jettent sous un train. La seule survivante s’appelle Saya et va devenir une jeune fille plutôt étrange. Rien qu’en la regardant, on pourrait croire qu’elle a acquis un pouvoir étrange. Kyôko, son amie d’enfance va de son côté faire des recherches pour sauver son amie.

C’est un manga sanglant, le suicide de jeunes lycéennes fait froid dans le dos. Elles ont tout un rapport entrelecercledusuicide1 elles, elles ont énormément souffert ou souffre encore dans leurs vies. Mais surtout, vous un culte pour une seule personne du nom de « Mitsuko ».

En revanche, je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire. Il n’y a pas assez d’élément pour vraiment comprendre ce qui se passe dans la tête des lycéennes (ou alors je suis passée à côté de quelque chose). Certes, on nous donne des éléments pour comprendre, mais sincèrement je n’ai pas compris. Surement parce que je n’ai pas accroché à cette histoire complètement folle et qui tire du fantastique.

De même pour le coup de crayon, je n’ai pas tellement aimé ce coup de crayon. Même s’il colle quand même assez bien à l’image du bizarre, du gore, etc. J’ai trouvé certains traits de personnage assez dérangeant tout de même.

Au final, je peux dire tout de même que les dessins correspondent assez bien à l’univers étrange, mais l’histoire ne m’a pas totalement convaincue.

 

cercle-suicide-2

Publicités

Genre : Shojo, Romance, Tranche de vie, ComédiePika-Edition-Logo-right

169 pages

Editions : Pika

Prix : 6 € 95

Date de sortie (en France) : 03 septembre 2014

 

couv44860434 Synopsis :

 

Mei, 16 ans, est le souffre-douleur de son lycée. Harcelée par ses camarades, elle n’a aucun ami jusqu’au jour où elle frappe par erreur Yamato, l’élève le plus populaire du lycée. Sidéré du manque d’intérêt qu’elle lui porte, Yamato décide de se rapprocher de cette fille singulière. Malgré les moqueries de ses camarades, il la salue, lui parle et l’invite, sans se soucier d’être ignoré par une Mei bien étonnée qu’on lui témoigne tant d’attentions. C’est le début d’une relation entre deux êtres que tout oppose.

 

 

 

 

Mon avis :

Je ne savais pas vraiment de quoi parlé ce shojo, je dois dire que je suis un peu partis à l’aveuglette, mais je n’en ressors pas déçu pour autant.
Un shojo tout mignon, pleins de guimauve, mais qui a ces petits côtés sombres.

Mei n’a aucun ami et pas de petit ami parce qu’elle ne croit plus à l’amitié et ne fait confiance à personne. Elle est le vilain petit canard du lycée et se fait harcelé tous les jours par les filles, mais aussi par les garçons. C’est à cause d’un quiproquo avec le garçon le plus populaire du lycée qu’une jolie petite histoire va commencersay-i-love-you-1028715

C’est un bon début pour cette saga. C’est une histoire assez simple, le garçon le plus populaire tombe amoureux de la fille en retrait.
Qu’on aime ou qu’on n’aime pas. On en ressors pas totalement indifférent.

Mei est un personnage très timide, mais que j’ai tout de suite apprécié par sa façon de penser. Même si elle paraît maladroite au premier abord. Elle est toute mignonne et on a envie de la protéger. Comme le fait Yamato, le beau gosse de l’école, mais aussi le plus populaire. C’est lui qui va protéger la petite Mei. J’ai eu un énorme coup de coeur pour ce personnage, même si pour le moment, on ne sait pas grand-chose sur lui. Il y a aussi Asami, une jeune fille qui deviendra très vite la meilleure amie de Mei.

Je n’ai toujours pas vu l’animé, je préfère lire le manga avant tout et je suis très pressée de lire le tome 2. Rien que pour retrouver ce petit couple adorable, mais surtout pour Yamato. Parce que, oui ! Je craque pour ce personnage. J’adore sa coupe de cheveux !

Pour ce qui est de la couverture, je dois dire qu’elle est très jolie. Mais la couverture japonaise est tout de même la mieux approprié pour le début de la saga. Les éditions Pika sont d’ailleurs les seuls (entre les éditions japonaises et américaines) à avoir changé la couverture.

J’ai passé un agréable moment, même si ce premier tome est passé à la limite du coup de coeur. J’attends de lire la suite pour en avoirle coeur net.

say-i-love-you-1028665

Trailer de l’animé

Genre : Manga, Shonen, Action, Aventurekurokawa-logo

512 pages

Editions : Kurokawa

Prix : 10€

couv32363883

 Synopsis :

Rouge est un jeune garçon plein d’ambition et de fougue. Sa plus grande fierté: être considéré comme le meilleur Dresseur de Pokémon des environs de Bourg Palette ! Le Professeur Chen va le convaincre de partir à la découverte de nouveaux Pokémon pour compléter l’encyclopédie les répertoriant: le fameux Pokédex !
Rejoignez Rouge dans sa quête et découvrez la grande aventure par laquelle tout a commencé !

 

 

 

Mon avis :

Après avoir vue la vidéo de Didi et de sa chronique sur ce Manga, je suis allée m’acheter ce tome qui est une réédition de la fameuse saga du même nom.

Rouge (ou Red) est un jeune dresseur de Pokémon. Il va avoir la chance de sortir de son petit village et enfin découvrir d’autres horizons. Il va surtout faire d’autres rencontrent, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, capturer d’autres Pokémon, mais surtout essayer de devenir le meilleur dresseur de Pokémon.

xpokemon-grande-aventure-kurokawa-L-Wsevf5.jpeg.pagespeed.ic.6-GFqhwPVdComme je l’ai dit plus haut, ce tome est une réédition de la saga sortis en 2001 en France. D’ailleurs il n’y a eu que les 6 premiers tomes de sortis par l’édition Glénat. Ces trois premiers tomes regroupés l’arc Bleu/Rouge/Vert et les trois derniers regroupes le début de l’arc Jaune.
En 2011, l’édition Kurokawa reprend la Licence de Pokémon et commence l’histoire à partir de l’arc de Pokémon Noir et Blanc. C’est à partir de juin 2014 que Kurokawa réédite les trois premiers tomes de cette saga et regroupe les trois premiers tomes des deux premiers cycles en trois volume.

EcranprincipalPokemonRougeBleu

Le Manga est donc une inspiration des jeux vidéos (Bleu, Rouge, Vert et Jaune) de l’auteur Satoshi Tajiri, qui sont toujours aussi populaires aujourd’hui en 18 ans d’existence.
Dans ces jeux, nous prenons place dans un monde peuplé de monstre que nous appelons des Pocket Monster (ou plus précisément des Pokémon). Nous sommes donc un simple amateur de Pokémon, dans un petit village et c’est là que l’aventure commence. Le Professeur Chen (un chercheur pokémon) nous offre un pokémon en échange de devoir capturer le plus de pokémon possible pour ses recherches et pour remplir le Pokedex. Trois pokémon de type différent s’offre à nous : le type feu (Salamèche), le type eau (Carapuce) et le type plante (Bulbizarre). L’aventure peut enfin commencer et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Entre capture de Pokémon, des combats, les arènes, etc., nous avons de quoi faire pour nous aventurer dans cet univers.

Revenons donc au Manga qui est le but de cet avis. J’ai été très agréablement surprise par le contenu et la qualité de ce Pokemon-LGA-Rougepremier tome. En effet, il y a moins de censure que dans les autres éditions françaises et la traduction est beaucoup mieux.

Ce fut un merveilleux moment passé en compagnie de Rouge et de ses amis. Beaucoup de rencontres et de soucis réglés. L’univers Pokémon est très vaste et on est toujours imprégné dans l’histoire et dans les combats qui se déroulent. Malgré que Rouge soit un peu impulsive et foufou dans sa façon d’agir. Il se retrouve toujours dans des situations assez cocasses voir même dangereuses, mais ses actes n’en restent pas moins réfléchis et il arrive toujours à s’en sortir, avec l’aide ou pas d’une de ses connaissances.
Les personnages sont tous aussi touchant les uns que les autres. Le rival de Rouge, qui n’est autre que Bleu colle très bien au personnage du jeu vidéo. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, il reste le personnage le mieux représenté pour moi dans ce Manga.

Les dessins paraissent simple, mais c’est sans doute le meilleur moyen de voir ce qu’il se passe et colle très bien à l’univers de Pokémon. Je trouve aussi que la version animé est beaucoup moins bien que la version papier (sauf les 4 petits épisodes qui sont sortis il y a quelques mois). Hidenori Kusaka et Mato forment un très bon duo pour le scénario et le dessin. On ressent vraiment ce qu’est l’univers Pokémon. D’ailleurs, sur quelques planches, on retrouve quelques dessins sortis tout droit du jeu vidéo.

Il y a quelques petits points que je trouve dommage dans ce tome, les événements passent très vite. Tellement vite qu’on en prend pleins aux visages et qu’on n’a pas le temps de souffler. J’aurai aimé avoir un peu plus de détails sur les villes que Rouge explore.

J’ai aussi remarqué quelques fautes d’inattention, mais qui ne m’ont pas plus dérangé que cela.

L’univers de Pokémon est vraiment très vaste et je pourrais passer des heures à en parler. Il y a tellement de choses à dire, tellement de choses à découvrir entre les divers Pokémon, les jeux vidéos, les anecdotes, les creepypasta et bien d’autres choses encore. C’est un univers que découvre et redécouvre chaque génération de joueurs (ou non).

Pour finir cette « très longue » chronique, je vous dirai simplement que c’est un univers à découvrir autant par les jeux-vidéos que par le Manga. Ce Manga est un très gros coup de coeur et je serai ravis de me replonger dans les aventures de Rouge et de ses Pokémon. Je vous invite d’ailleurs à aller voir les vidéos de Didichandouidoui sur les différentes énigmes sur Pokémon.

 

Peu importe le nombre ou la puissance des Pokémon que l’on possède.
Rien n’est plus fort que le lien qui unit un Pokémon à son dresseur.

 

9782723436298_pg

 

Coupde

Genre : Manga, Shojo, Tranche de vie, école, romance

Editions : Kana – Collection : Shojo Kana

181 pagesKana

Date de Parution en France : 05/07/2014

Prix : 6 € 85

 

couv19825470

 Synopsis :

 

Futaba s’est transformée à son entrée au lycée. Douce et féminine au collège, elle est devenue plus énergique et garçon manqué dans l’espoir de se faire des amies. Mais ses nouvelles amitiés sont artificielles et Futaba va bientôt remarquer les limites de son changement de personnalité…

 

 

 

 

Mon avis :

 

Une saga que j’ai découverte par hasard. J’ai été séduite par la couverture que je trouve magnifique. Partis à l’aveuglette, je me suis lancée dans ce Shojo.

La jeune Futaba n’aime pas les garçons, elle les trouve bruyant, pas soigneux, violents… Mais, il y en a un qu’elle trouve différent des autres. Un garçon pas très grand, qui n’a pas une voix grave, presque comme une fille. Ce jeune homme est Tanaka. Ils vont tomber amoureux, un amour de collégien, un premier amour. Mais un jour, par un malentendu, il va disparaître. Elle entendra quelques temps plus tard qu’il a déménagé. Les années passent et Futaba arrive au lycée. Avec ses nouvelles amies, elle vit la vie d’une lycéenne peu féminine et qui mange beaucoup. Quand dans les couloirs du lycée, un garçon l’a bouscule… Qui est-il ? Il ressemble étrangement à quelqu’un qu’elle connait.

p1« Gna ! » Une réaction que je qualifierai presque comme une explosion de sentiment. C’est beau, c’est mignon, c’est frais.

Ce que j’aime dans ce manga, c’est de voir que le personnage principal féminin (Futaba), ce n’est pas une jeune fille énervante ou cul cul la praline. Pas du tout, elle est simplement une jeune fille qui veut cacher ce qu’elle est vraiment pour ne pas être seule. Elle manque juste de confiance en elle.

Kou Tanaka est un très beau garçon. Il semble froid avec notre petit Futaba, mais il ne peut pas s’empêcher à la sortir du pétrin.

Io Sakisaka est un très bon mangaka. Le design de son univers m’a envoûté et je suis entièrement conquise. Les expressions des personnages sont tout simplement délicieux.

Les éditions Kana font du très bon travail et ici encore c’est du bon travail. Blue Spring Ride est un joli cupcake qu’on aimerait manger et savourer. C’est rempli de saveur qui nous fait fondre.

Cette expérience avec les Shojos me donne envie d’en lire encore plus et de découvrir toutes les autres histoires. Une très bonne expérience, je dirais.

C’est un véritable coup de coeur.

Coupde

Si on perd quelque chose il suffit de le reconstruire.

Plus d’info :

Blue-Spring-Ride-anime-image-112

Pour les plus curieux, un animé est en cours et les 6 premiers épisode sont déjà sortis.

Site de l’animé pour plus d’information. (ja)

A la fin de l’année sortira un film live.

Site du film live pour plus d’information. (ja)

Trailer de l’animé :

Genre : Manga, Seinen, Surnaturel

Editions : Kana – Collection : Dark

178 pages

couv46122125

Synopsis : (Source Éditeur)

Teiichi Niiya est un étudiant sans histoires en 1re année au Collège Seikyô. Il est loin de se douter qu’il va rencontrer une fille bien étrange,Yûko Kanoe, en arpentant les couloirs du bâtiment désaffecté de son collège. Étrange c’est le moins que l’on puisse dire puisque très vite, Teiichi va se rendre compte qu’il s’agit… d’un fantôme !
Ne se rappelant plus de son passé, Yûko va tenter -avec l’aide de Teiichi- de résoudre les phénomènes étranges qui frappent leur école en espérant que ces mystères leurs permettent d’en apprendre plus sur le sombre passé de Yûko.

 

 

 

Mon avis :

Comme les deux tomes de ce manga est sorti il y a peu et après avoir entendu parlé de l’animé, qu’il était sympa et assez prenant etc. J’ai décidée de le lire pour avoir mon propre avis et venir le partager avec vous.

Nous suivons Teiishi Niiya, un jeune collégien assez courageux pour entrer dans le bâtiment qui est, apparemment, hanté par un fantôme. Ce qui ne fait pas du tout peur à notre ami Teiishi, au contraire. Il ne se sent tout de même pas à l’aise dans ce bâtiment et va être bien surpris en rencontrant Yûko, une jeune fille bien mystérieuse. C’est un fantôme et ne sait pas pourquoi elle en est arrivée là. Elle a perdu la mémoire. Va s’en suivre une enquête sur la mort mystérieuse de cette jeune fille. Teiishi et Yûko vont créer une véritable équipe d’enquêteur.

Pour tout dire, je ne savais pas trop de quoi parlé ce manga et j’ai été assez surprise. Ce premier tome pose les bases sur ce qui nous attend plus tard et il faut l’avouer, je suis restée sur ma faim ! J’en attendais peut-être beaucoup plus. Mais les choses sérieuses arriverons peut-être au tome 2. Mais ce n’est pas tout, même si ce manga à des tendances assez sombres dans l’ensemble, le côté humoristique donne une touche en plus à l’histoire.

Le personnage le plus attachant est sans aucun doute Yûko. Malgré ce qui lui arrive, elle trouve toujours le moment pour plaisanter et mettre dans l’embarras Teiishi.

Parlons des dessins, ils collent vraiment très bien à l’univers du manga. Les expressions des personnages sont assez bien réalisés et ça compte aussi pour les petits passages humoristique.

C’est un manga en 10 tomes, sa première publication date de 2009 par l’Editeur SqUare Enix. Un animé est alors sorti en 2012 et c’est en 2014 que les éditions Kana décide de nous publier les tomes de Dusk Maiden Of Amnesia.
Comme d’habitude, Kana nous offre un manga soigné. Pour ne pas trop nous laisser sur notre faim de ce premier tome, Kana a publié le deuxième tome de la série. Qui n’est pas plus mal pour les amoureux de cette série et ceux qui, comme moi, veulent en avoir plus.

Dusk Maiden Of Amnésia est un bon manga. Un avis sur le premier tome ne peut pas être 100% satisfaisant l’intrigue à du mal à avancer, mais on sent tout de même qu’il y a du potentiel et on aimerait plus.

 

Ce bâtiment de l’école a été construit sur un terrain interdit.
La terre était maudite, et les gens en avaient très peur.
Afin que cesse la malédiction, il fallait sacrifier une vie humaine.
C’est une élève de l’école qui fut choisie.
Elle fut enfermée vivant quelque part dans l’école.

 

planche 1

Genre : Manga, Shojo

Editions Panini

200 pages

Saga en 10 tomes

Karefirst love

Synopsis : (Source Manga Sanctuary)

L’histoire d’amour de Karin, lycéenne timide, et de Kiriya, jeune homme séduisant et sûr de lui. Le bonheur ? C’est sans compter avec la jalousie de Yuka, la « meilleure ennemie » de Karin, qui, attirée elle aussi par Kiriya, ne voit pas d’un bon œil son faire-valoir lui voler la vedette…

 

 

2425176279_1

Mon avis :

C’est une saga en dix tomes. L’auteur Kaho Miyasaka n’a qu’une vingtaine d’année quand elle sort cette Saga et celle-ci fait fureur que ce soit au Japon que dans le monde entier.

Ce n’est pas le premier Shojo que je lis, mais c’est le premier que je finis. Il est considéré comme étant un manga Dramatique, mais sincèrement mis à part l’histoire de Kiriya, je ne vois pas vraiment où est le drame dans cette histoire.

Je n’ai pas trop aimé ce Shojo, le personnage de Karin est insupportable, on se demande vraiment si elle sait réfléchir un peu ou pas du tout… J’ai quand même trouvé ses parents très injustes envers elle. Peut-être parce que certaines phrases qu’on lui a dites en pleine poire était semblable à ce que je connais. Je ne sais pas trop.

Le personnage de Kiriya est tout aussi énervant, je me suis demandée jusqu’au bout s’il était vraiment sincère dans ses sentiments où qu’il jouait juste avec Karin.

En revanche, j’ai vraiment adoré le personnage de Nanri Ayasa. Son caractère et sa franchise, mais surtout elle n’hésite pas à défendre ses amis quand ils en ont besoin. C’est ce qu’on appelle une vraie amie. Elle me fait d’ailleurs beaucoup penser à un autre personnage dans un autre Shojo, que j’apprécie beaucoup aussi.

Hiromu et Tooru les deux amis de Kiriya. Le premier est sérieux, un peu trop sérieux et ne pense qu’aux études. Le deuxième, s’il n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Les dessins sont très jolie, c’est un Shojo et ça ce ressent dans les graphismes. Certaines planches sont très belles, surtout les moments où Kiriya prend des photos. Bon la fin était prévisible, c’est un happy ending digne d’un Shojo.

C’est dommage que la plupart du temps les personnages m’énervaient, mais ce manga Shojo n’était pas fait pour moi.

kare-first-love-1054819

Genre : Manga Seinen, One-Shot

Editions Asuka

192 pages

 

couv37548557

 Synopsis : (Source Manga-Sanctuary)

Makoto est une jeune lycéenne comme les autres, un peu garçon manqué, pas trop intéressée par l’école et absolument pas concernée par le temps qui passe ! Jusqu’au jour où elle reçoit un don particulier : celui de pouvoir traverser le temps. Améliorer ses notes, aider des idylles naissantes, manger à répétition ses plats préférés, tout devient alors possible pour Makoto. Mais influer sur le cours des choses est un don parfois bien dangereux, surtout lorsqu’il faut apprendre à vivre sans !

 

 

 

 

Mon avis :

Un petit oneshot qui m’a été offert par une amie, il y a quelques mois. L’histoire m’avait l’air sympathique et je dois dire que j’ai bien aimé ce manga. Ce n’est pas un coup de coeur malheureusement, mais c’est une lecture assez agréable et rapide.

Nous suivons Makoto, une jeune lycéenne comme toutes les autres. Elle va en cours, a des amis et profite de la vie autant qu’elle le peut. Quand on commence le manga, on se demande si ce n’est pas un manga du style Tranche de Vie, rien de plus banale. Mais on se rend vite compte qu’il y a quelque chose qui n’est pas normal. Suite à son accident de Vélo, Makoto se réveille dans son lit et recommence sa journée comme si son accident n’était jamais arrivé. C’est ici que commence la traversée du temps. Makoto va vite se rendre compte qu’elle ne peut plus vivre sans ses retours dans le temps et va vite comprendre qu’elle ne peut pas faire tout ce qu’elle souhaiterait faire.

Les personnages sont très attachant. Makoto respire la joie de vivre et croque la vie à pleine dent. Même si parfois, elle se retrouve dans de drôle de situation. Ses deux amis, Chiaki et Kôsuke sont tout aussi attachant l’un que l’autre. Même si l’un des deux est assez mystérieux, l’autre est très sérieux et juge beaucoup sur les résultats.

Même si j’ai été un peu confuse à certains moment. Je sais qu’il y a une adaptation en Film d’animation et je pense que je me tournerai vers ce film pour le comparer au manga.

On aurait pu en avoir plus et à certains endroits le rythme des évènements et très rapide, on n’a pas le temps de voir que ce soit déjà finis. C’est vraiment dommage, parce qu’il y a du potentiel et que ce manga aurai pu s’étendre sur 1 ou 2 tomes de plus. Mais malgré cela, les dessins sont plutôt sympathiques, voir même mignonnet. Je ne l’aurai sans doute pas considéré comme un Seinen.

Il va partir et tout va disparaître, nos jeux, nos discussions, ses premiers mots d’amour… même les traits de son visage vont s’effacer…

 

manga-la-traversee-du-temps-asuka-2482080

Genre : Manga Seinen, One-Shot

Editions Ki-Oon

176 pages

couv34886455

Synopsis : (source Manga Sanctuary)

Nakanishi, délinquant tout droit sorti de la maison de redressement, essaie en vain de se libérer de son passé de voyou.
Son nouveau job ne lui procure aucune satisfaction et il doit sans cesse subir les provocations de son patron. Un jour, une connaissance anonyme du Net lui propose de participer à un jeu mystérieux pour se libérer de son stress : Duds Hunt.
Chaque participant est équipé d’un téléphone portable, baptisé le pointeur, ainsi que d’un PDA lui permettant de localiser ses adversaires, mais aussi d’être repéré.
Le but du jeu : récupérer le pointeur de l’adversaire, chaque prise rapportant 100 000 yens. Une seule règle : tous les coups sont permis…

 

 

Mon avis :

Le deuxième oneshot de Tetsuya Tsutsui que je lis. Si vous avez lus Reset, vous retrouverez ici quelques similitudes, comme la couverture, mais surtout les graphismes des dessins.

Depuis que j’ai lu Reset, je me suis dit « Pourquoi ne pas tenter un autre manga de cet auteur?« . J’avais peur de lire quelque chose qu’on aurait pu déjà voir dans son autre oneshot, mais non. Certes cela parle d’un jeu, mais pas n’importe quel jeu. C’est un jeu qui peut s’avérer très violent (on va me dire que je lis énormément de choses violentes…).

C’est donc lui aussi un One-Shot. Deux histoires, une petite fille rend visite à son père à l’hopital après s’être fait violemment agressé par des voyous et un jeune homme sortis de maison de redressement.

Ayant marre de son boulot, Nakanishi (le jeune homme) se détend en parlant avec un interlocuteur via un chat. Cet interlocuteur, sous le peudo Eksam, lui explique qu’il peut jouer à un jeu réel pour se détendre et gagner de l’argent. Le nom de ce jeu : Duds Hunt. Il consiste a récupéré le Browser de chaque joueur pour les éliminer de la partie. Mais ce jeu n’est pas si enfantin que cela…

Tetsuya Tsutsui m’a conquise ! Ce one-shot est vraiment bien et on ne s’attend pas à avoir une fin comme celle-ci. Au départ, on ne sait pas vraiment où il veut nous emmener, mais on se rend compte assez vite que ces deux histoires ont quelques choses à cacher.

C’est une bonne lecture et je recommande vraiment cette lecture que ce soit celle-ci ou Reset.

Si vous le souhaitez, vous pouvez lire un extrait sur le site officiel du manga : Site Officiel

Un Dud c’est un obus qui n’a pas éclaté, ça veut dire « raté » , ou « bon à rien ».

 

dudshunt

 

Genre : Manga Shonen, horreur

Editions Akata, catégorie WTF!

192 pages

couv19951034

 Synopsis : (source Manga Sanctuary)

Kii Kogami est un lycéen que tout ennuie… même ses potes ! Débonnaire, il prend malgré tout la vie comme elle vient, même s’il se dit qu’elle serait peut-être un peu plus excitante s’il arrivait à sortir avec une nana sexy… Mais ça, il ne le saura jamais ! Car son quotidien va basculer dans l’horreur quand une drôle de fillette armée d’une « adorable » baguette magique, va défoncer la tête de son prof de sport ! En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, le lycée tout entier va être massacré… et les rares survivants vont devoir fuir pour survivre ! Mais hélas, c’est tout le Japon qui semble être envahi par ces magical-girls ultra-violentes et sadiques ! D’où viennent-elles ? Quelle est la véritable raison de leur apparition et… Non, tout ça, pour le moment, Kogami s’en fout ! Pour l’instant, il lui faut juste survivre ! Mais comment y parvenir quand les « zombies » qui vous poursuivent ont des super pouvoirs ?!

ibifeUpJbYyDC2

Mon avis :

Un manga qui m’a fait de l’oeil avant et après sa sortie, je n’ai pas résistée et me le suis procurée très vite. Le premier tome d’un manga sans doute coup de coeur ! Parce que le premier tome envois vraiment du lourd pour la suite.

Je ne vais pas faire mon propre synopsis dans mon avis, le synopsis de base est bien mieux et je risque de faire doublon. Venons donc au fait.

Mais qu’est-ce qu’une Magical Girl ? Une Magical-girl est censée être un personnage féminin ayant des pouvoirs magiques. Avec ses pouvoirs, elle est désignée à sauver le monde du mal. En général, ce genre de manga sont surtout situés pour les filles. Comme Sailor Moon, Gigi, Creamy et bien d’autres encore.

Ici ? Rien de tout ceci. Rien de tout mignon, tout rose avec des papillons.

Ce manga commence par quelques pages où Kii se sent démoraliser de voir que dans sa vie, rien n’est palpitant, qu’il ne se passe rien. Il n’est pas au bout de ses peines, ça commence fort et très vite. Tout s’enchaîne et devient du survival horror. Un survival horror que je vais suivre de prêtoutre les zombies qu’on a déjà vus et revus, ici ce ne sont que des petites magical Girl qu’on penserait sage et sans défense, jusqu’à ce qu’on se rends compte du contraire. On pourrait presque penser qu’elles sont fragiles et sans force, mais rien de ça. Ce sont des créatures très violentes et très puissantes. Ces Magical Girls exterminent tout sur leurs passages.

Pour ce qui est des personnages, on ne se sent pas perdu. Il y a le mec avec une vie banale qui pourrait être le héros de l’histoire, mais on ne sait pas pourquoi, la pauvre jeune fille qui a une vie scolaire difficile et qui se fait maltraiter par ses camarades d’écoles, la nenette avec des seins énormes et un caractère bien trempé, etc. Rien de très intéressant quand on a l’habitude de lire des mangas du genre shonen. On trouvera toujours ce type de personnage et c’est bien dommage que celle-ci ne change pas.

Pour le moment, tout s’annonce bien pour la suite et j’ai hâte de lire le tome 2 qui devrait sortir le 3 février 2014.

img000016

Genre : Manga Seinen, Horreur

Editions Soleil

190 pages

 

couv51750445Synopsis : (source livraddict)

Recueil de 5 histoires courtes sur fond d’horreur.

Ma grande soeur est morte: Depuis qu’elle a rencontrée Shitaro, Chisato voit disparaitre ses proches, selon son souhait…

La nuit à l’heure du chat: Miho, infirmière stagiaire accompagne le professeur Serizawa afin de soigner un garcon qui se transforme en chat.

La tour aux poupée macabres: Kitajima a découvert un étrange journal intime où une jeune fille explique les étranges manipulations que fait subir son père à sa soeur.

Ceux qui vivent dans les ténèbres: S’inquiétant de ne plus avoir de nouvelles de son amie Asami, Yui s’inscrit dans son pensionnat pour la retrouver.

Sister: Misaki est orpheline, elle est recueilli par la famille Mido, elle y fait la connaissance de Yuya, le fils qui semble trés affecté par la mort de soeur Ayaka…

Mon avis :

Etant dans ma période 100 % manga, vous devrez en voir un peu plus sur mon blog. Je suis désolée pour celles et ceux qui ne sont pas fans des mangas.sssssss

Ma dernière chronique manga était celle de Reset de Tetsuya Tsutsui. J’ai donc voulu aller plus loin et est découvert ce manga Seinen horrifique un peu par hasard. La couverture est sanglante et intrigante. J’ai voulu me lancer dans cette aventure.

C’est un oneshot et c’est bien plus simple quand on n’a pas envie d’entrer dans des sagas trop longues. Nous avons ici 5 petites histoires courtes, toutes différentes, mais ils ont toutes le même sujet : L’horreur. J’ai beaucoup aimé la troisième : La tour aux poupées macabres et la dernière qui reprend le titre du manga : Sister. Ces petites histoires-ci sont bien plus proches de ce que j’aime beaucoup.

Malgré que je ne suis pas habitué à ce genre de dessin dans les mangas, j’ai trouvé qu’il ressortait toute la violence d’un manga horrifique. Les personnages sont dessinés d’une façon qu’on les trouve très étrange et nous mets un peu mal à l’aise.

En revanche, vus qu’il s’agit ici de petites histoires courtes, on n’a pas le temps de s’accrocher aux personnages ou de vraiment se mettre dans l’histoire. C’est ce que j’ai ressentis dans les autres histoires.

C’est tout de même une bonne expérience à avoir, si on aime les mangas, l’horreur et ce qui est un peu plus mature que les Shonens et Shojo. (Je mets en place un article avec les différents types de manga qu’il peut y avoir et comment les reconnaitre. Je ne dis pas que je suis une experte là- dedans, mais cela peut donner une idée pour les personnes qui veulent s’y mettre et surtout il ne faut pas hésiter à se renseigner).

ff