Genre : ThrillerAVT_Albin-Michel_1209

496 pages

Editions : Albin Michel

Prix : 22,90 €

Année de sortie : 2014

couv10593215

 Synopsis

Le Mal peut-il contaminer ceux qui le traquent ? Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue… Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse… Des gens ordinaires découverts morts… de terreur. Le Diable mène le bal, le monde est devenu fou. Lieutenant à la Section de Recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.
Après La Conjuration primitive, Maxime Chattam, dans ce thriller d’une maîtrise glaçante, sème plus que jamais le doute.

 

 

Mon avis

Ayant lu « La Conjuration Primitive », j’avais envie de lire un thriller de Maxime Chattam et quoi de mieux que de lire cette « suite ». En effet, si vous voulez lire ce roman, il vous sera difficile de comprendre certains éléments sans avoir lu son précédent (La Conjuration Primitive).
Cette lecture ne fut pas aussi excellente que La Conjuration Primitive et je trouve ça dommage, mais ce fût une agréable lecture tout de même.

Nous retrouvons la jeune gendarme, Ludivine, hanter par sa précédente affaire qui n’est autre que cette de La conjuration primitive. C’est lors d’un Go Fast que Ludivine et ses compagnons de la gendarmerie vont devoir suivre une affaire des plus surprenantes et diabolique.

Beaucoup d’élément, voir même peut-être trop sur le sujet du diable. C’est ce que j’ai trouvé à dire dans ce roman. Certains passages, qu’on peut tout de même trouver intéressant sont parfois assez longs avec ce genre de réflexion. C’est pour cela que ce roman n’est pas un coup de coeur et que j’ai préféré « La Conjuration Primitive » à celui-ci. Autre petit bémol, à force de soupçonner tout le monde j’ai entre autre réussis à découvrir le « méchant » de l’affaire. Ce qui est bien dommage.
Ludivine m’a d’ailleurs fait penser à un autre personnage d’un autre roman et d’un autre auteur, mais je ne saurais dire qui. Une jeune femme tourmentée par ses affaires du passé et je me suis un peu mélangé les pinceaux à cause de ça d’ailleurs.

Mis à part cela, c’est une bonne lecture. Maxime Chattam arrive toujours à m’emporter dans son univers et ce qui fait de lui un de mes auteurs préférés. Sa plume est efficace et simple à comprendre, pas de prise de tête. On a vite envie de tourner les pages, les unes après les autres pour avoir la suite.

J’ai encore de quoi faire avec tous les romans que notre cher auteur a écrit et la plupart sont dans ma PAL à m’attendre. Mais pour le moment, je continus Autre-Monde avec le tome 4 puisque que je vais bientôt recevoir, dans le cadre de Masse Critique avec Babelio, le tome 5 d‘Autre-Monde et j’adore toujours autant cette saga qui différencie pas mal des thrillers que Maxime écrit.

Les psys c’est comme le bon pain, tu sais, il y en a pour tous les goûts, suffit de chercher un peu.

Mon avis sur « La Conjuration Primitive »

 

1520

Genre : Shojo, Romance, Tranche de vie, ComédiePika-Edition-Logo-right

169 pages

Editions : Pika

Prix : 6 € 95

Date de sortie (en France) : 03 septembre 2014

 

couv44860434 Synopsis :

 

Mei, 16 ans, est le souffre-douleur de son lycée. Harcelée par ses camarades, elle n’a aucun ami jusqu’au jour où elle frappe par erreur Yamato, l’élève le plus populaire du lycée. Sidéré du manque d’intérêt qu’elle lui porte, Yamato décide de se rapprocher de cette fille singulière. Malgré les moqueries de ses camarades, il la salue, lui parle et l’invite, sans se soucier d’être ignoré par une Mei bien étonnée qu’on lui témoigne tant d’attentions. C’est le début d’une relation entre deux êtres que tout oppose.

 

 

 

 

Mon avis :

Je ne savais pas vraiment de quoi parlé ce shojo, je dois dire que je suis un peu partis à l’aveuglette, mais je n’en ressors pas déçu pour autant.
Un shojo tout mignon, pleins de guimauve, mais qui a ces petits côtés sombres.

Mei n’a aucun ami et pas de petit ami parce qu’elle ne croit plus à l’amitié et ne fait confiance à personne. Elle est le vilain petit canard du lycée et se fait harcelé tous les jours par les filles, mais aussi par les garçons. C’est à cause d’un quiproquo avec le garçon le plus populaire du lycée qu’une jolie petite histoire va commencersay-i-love-you-1028715

C’est un bon début pour cette saga. C’est une histoire assez simple, le garçon le plus populaire tombe amoureux de la fille en retrait.
Qu’on aime ou qu’on n’aime pas. On en ressors pas totalement indifférent.

Mei est un personnage très timide, mais que j’ai tout de suite apprécié par sa façon de penser. Même si elle paraît maladroite au premier abord. Elle est toute mignonne et on a envie de la protéger. Comme le fait Yamato, le beau gosse de l’école, mais aussi le plus populaire. C’est lui qui va protéger la petite Mei. J’ai eu un énorme coup de coeur pour ce personnage, même si pour le moment, on ne sait pas grand-chose sur lui. Il y a aussi Asami, une jeune fille qui deviendra très vite la meilleure amie de Mei.

Je n’ai toujours pas vu l’animé, je préfère lire le manga avant tout et je suis très pressée de lire le tome 2. Rien que pour retrouver ce petit couple adorable, mais surtout pour Yamato. Parce que, oui ! Je craque pour ce personnage. J’adore sa coupe de cheveux !

Pour ce qui est de la couverture, je dois dire qu’elle est très jolie. Mais la couverture japonaise est tout de même la mieux approprié pour le début de la saga. Les éditions Pika sont d’ailleurs les seuls (entre les éditions japonaises et américaines) à avoir changé la couverture.

J’ai passé un agréable moment, même si ce premier tome est passé à la limite du coup de coeur. J’attends de lire la suite pour en avoirle coeur net.

say-i-love-you-1028665

Trailer de l’animé

ae

 

 

Evidemment, aujourd’hui c’est l’anniversaire du blog. Le petit a 1 an ! Le temps passe drôlement vite je trouve. Pour la première année, je ne vais pas vous faire un concours (pour les 2 ans peut-être). Mais, je vais laisser un petit mot de remerciement à tous ceux qui croient en moi et qui m’aide chaque jour à faire ce que je fais.

Tout d’abord (et c’est l’une des personnes les plus importantes), je remercie mon cher et tendre. Sans lui, je pense que ce blog n’existerai pas. Il pense peut-être n’avoir rien fait de spécial, mais pour moi, je n’aurai pas pu faire la moitié de ce que je fais aujourd’hui. Autant niveau littéraire, que pour mes créations graphiques ou encore le blog (et page fb) que nous partageons.
Merci énormément pour tout ce que tu m’apportes. ♥

J’aimerais aussi remercier certains de mes amis. Quand on n’est pas tellement encouragé par ses proches, il est toujours bon d’avoir des amis comme eux.
Merci encore pour vos encouragements, mais aussi pour les parties de rigolade. ;)

J’aimerais aussi vous remercier chers lecteurs. Cette aventure ne fait que commencer et je suis ravi de faire ce bout de chemin avec vous.
Merci à vous !

L’aventure continue ! 

Genre : Occulte, Horreurjai-lu

308 pages

Editions : J’ai Lu

Prix : 22€ (chez Broché)

Année de sortie : 1973

couv29341691

 Synopsis :

Au nord d’Arkham, à peu de distance de la rivière Miskatonic, s’étend la forêt Billington. C’est là qu’Alijah le sorcier, et son âme damnée l’Indien Quamis, se livrèrent jadis à d’abominables pratiques. Lorsque Ambrose Stewart vient habiter dans la demeure de son ancêtre Alijah Billington, des phénomènes étranges commencent à se produire. Il ne tarde pas à appeler à l’aide son cousin Stephen Bates, mais lorsque celui-ci arrive au domaine Billington, il est déjà trop tard : Ambrose est sous la domination d’une influence maléfique. Chaque nuit, Stephen Bates lui-même perçoit la présence de créatures monstrueuses qui hantent la maison et cherchent à s’emparer de l’esprit de ses occupants. Mais ce sont surtout ses découvertes dans la bibliothèque qui achèvent de le terrifier : Alijah Billington, l’homme qui avait trouvé le moyen de soumettre des êtres venus des abysses infernaux, était aussi passé maître dans l’art des réincarnations successives…

 

 

Mon avis :

Il y a quelques mois, sur un marché, une personne vendait plusieurs livres pour 1€ seulement et il faut dire que je regardais sans vraiment me dire que j’allais trouver quelque chose d’intéressant et pourtant… Mon cher et tendre m’a tendu ce livre « Le rôdeur devant le seuil ». En petite inculte, je lui ai demandé ce que c’était et de là il m’a répondu que ça devrait me plaire et que c’était un écrivain reconnus pour ses écrits. Je me suis dit que pour 1€, je n’allais pas me ruiner.
Depuis cette découverte, je ne me passe plus de l’univers de H.P. Lovecraft. Cthulhu, Dagon et bien d’autres encore. Des monstres tout aussi étranges les uns que les autres.
Dans une prochaine rubrique, je parlerai plus en détail de l’écrivain Lovecraft et de son univers.

Revenons donc à ce livre. Il a été écrit avec la collaboration de Derleth, un de ses plus H._P._Lovecraft,_June_1934grands amis et collaborateur. Qui, d’ailleurs, ne rencontrera jamais, mais collaboreront par lettre. Il y a beaucoup de questionnement sur ce roman vis-à-vis de Derleth et Lovecraft. Apparemment, il ne viendrait pas vraiment de Lovecraft, mais serait l’oeuvre de Derleth lui seul (L’histoire a été écrite 8 ans après la mort de Lovecraft). Il n’y a pas que ça non plus, apparemment la vraie raison est que ce roman viendrai des notes de Lovecraft lui-même et Derleth aurai finit de l’écrire. Mais je ne vais pas m’aventurer dans ce débat. Qu’il soit de Lovecraft à 100% ou non, j’ai apprécié ma lecture.

Il est découpé en trois parties et est raconter par trois personnages différents. En premier lieu, la forêt de Billington, cette partie pose les bases et l’intrigue de l’histoire. La deuxième partie est raconter à la première personne et celle-ci nous raconte ce qu’elle voit, apprend, etc. sur les faits étranges qui se passe dans la forêt et la troisième partie est le récit d’un personnage qu’on rencontrera bien plus tard et qui terminera l’histoire.

C’est une lecture que j’ai pas mal apprécié. L’ambiance est angoissante, on se sent mal à l’aise face aux faits étranges qui s’y passe.
Petit bémol, il y a beaucoup d’éléments à assimiler et certaines phrases sont assez longues et lourdes. Mais dans l’ensemble, c’est pas mal.

Il ne me reste plus qu’à m’aventurer dans les autres écrits de Lovecraft pour en apprendre davantage. Sachant que son univers est riche et passionnant.

 

 

1520

 

 

Une petite création graphique par mes soins.

HPLOVECRAFT

Genre : Thriller, Nouvellepocket-home1

92 pages

Editions : Pocket

Prix : ~ 4€

Année de sortie : 2010

couv19178942

 Synopsis :

Harlem Est. 18 novembre. 8h28.
Ils sont tous là, dans le hall de l’entrée du lycée. Plus que quelques minutes avant le début des cours. Parmi les élèves, un adolescent prépare son arme. Le carnage peut commencer…
Quand l’inspecteur Lamar Gallineo arrive sur les lieux, c’est pour découvrir le cadavre du tueur qui a retourné son arme contre lui. L’affaire dépasse rapidement le fait divers : de nouvelles tueries ont lieu dans d’autres établissements.
Lamar doit à tout prix enrayer cette macabre épidémie. Mais les apparences sont trompeuses. Toujours.

 

 

Mon avis :

 

Le besoin de lire une oeuvre de Maxime Chattam se faisait ressentir, mais je n’avais pas envie de roman trop long. J’ai donc décidé de lire cette petite nouvelle.

Nous sommes aux Etats-Unis. A Harlem plus précisément. Un jeune homme entre dans un lycée, son visage est caché et il est armé. C’est ici que commence le Carnage, dans un lycée… L’inspecteur Lamar Gallineo va devoir enquêter sur cette série de Carnages.

Carnages est donc une nouvelle de Maxime Chattam. Nouvelle qui ne m’a pas plus impressionné plus que cela et je trouve cela bien dommage. J’adore ce que fait cet auteur, mais ici, je n’ai pas trouvé ce que je recherchais. Mon avis est donc assez mitigé et j’aurai aimé en avoir plus. Ce qui fait que j’ai tout de même aimé lire ce petit roman, mais que tout est allé trop vite à mon gout.

J’ai beaucoup aimé l’inspecteur Lamar, mais au vus du nombre de page, je n’ai pas eu assez le temps de m’y accrocher plus que ça.

Il y a quelque chose qui me chagrine dans ce roman, mais je ne pourrai pas trop vous en faire part de peur de vous spoiler l’histoire. Je peux simplement vous dire que je ne suis pas convaincus de la fin de l’histoire et que cette enquête à tout de même était assez facile et simple.

Pour la fin, j’ai eue l’impression d’être dans un dessin animé du « je suis le méchant, hahaha!« , mais pas que ça.

En bref, ce fut une agréable lecture, mais sans plus.

 

[…] Il faudrai prendre soin de ne pas faire d’amalgame devant la presse, pour que celle-ci ne se mette à fustiger la culture gothique ou du metal en général. Le rap avait été une cible privilégiée dans les années quatre-vingt et les médias se plaisaient à changer,à trouver un bouc émissaire ou au moins à faire des rapprochements faciles.

 

1320

102

J’ai été « tagué » par une amie. Elle m’a proposé de faire ce tag qui tournait beaucoup sur Facebook pendant un moment. Comme je cherchais un article à écrire, elle m’a proposé de faire ce TAG.

Le TAG consiste a noté les 10 livres qui nous ont le plus marqués. On peut (ou non) dire pourquoi nous avons choisi ces livres.
Vous pouvez reprendre ce TAG comme bon vous semble, je tag tout le monde !

(Je tiens à préciser que je ne mets pas les romans dans un ordre de préférence)

 

1) Les Nuits Fauves de Cyril Collard.

couv1264315Pourquoi ce livre ?
C’est ma mère qui m’a proposé de lire ce roman après m’avoir conseillé « L’herbe Bleu ». Avec ce roman, j’ai appris à voir le monde différemment et aussi à suivre la vie d’une personne atteinte du Sida. Mais surtout à « connaître » un homme qui est maintenant une personne que j’apprécie énormément, même s’il n’est plus parmi nous à présent.

Je compte relire ce roman pour en écrire la chronique. J’ai vraiment envie de laisser mes impressions sur ce livre qui est le premier à m’avoir ouvert les yeux sur certaines choses.

2) Les hauts de Hurlevent d’Emilie Brontë

couv35638391Pourquoi ce livre ?
Un merveilleux classique, l’un des premiers que je lis sans être en cours ou quoi que ce soit. Un roman qui m’a donné envie de faire un blog littéraire. J’ai adoré lire cette histoire, les personnages, la plume d’Emilie Brontë. Bref, c’est un roman coup de coeur qui m’a énormément marqué.
Ma chronique, pour en savoir plus.

 

3) L’appel de l’ange de Guillaume Musso

couv65158762Pourquoi ce livre ?
C’est grâce à ce roman que j’ai découvert la plume de Guillaume Musso, mais surtout qui m’a donné envie de voyager à travers les pages plus souvent. C’est à partir de ce moment-là, que j’ai décidé de lire de plus en plus souvent. Mais c’est aussi mon roman préféré de cet auteur.
Ma chronique, pour en savoir plus.

 

4) Le pianiste sans visage de Christian Grenier

Pourquoi ce livre ?couv66270100
Pour celui-là, il faut revenir des années en arrière. Quand j’étais au collège. Je suis passée par le CDI à flâner entre les rayons et j’avais envie d’emprunter un livre sans prise de tête, etc. Le titre de ce roman m’a tapé dans l’oeil et je ne sais pas pourquoi, j’ai choisi de le prendre. Je l’ai dévoré en quelques jours. J’ai été happé par l’histoire et surtout l’intrigue était (à cette époque, parce que je n’ai plus eu l’occasion de le relire) génial.
C’est d’ailleurs pour cela que je suis souvent à la recherche de ce livre qui a marqué mon début d’adolescence.

 

5) La mécanique du coeur de Mathias Malzieu

couv64925742Pourquoi ce livre ?
Déjà, parce que c’est un coup de coeur. Non, même un ENORME coup de coeur. J’adore Mathias Malzieu pour ce qu’il fait en tant que chanteur et j’ai été ravis de découvrir un autre talent. Ses textes sont souvent composés de métaphore et c’est très poétique.
Si vous voulez en savoir plus, j’ai donné mon avis sur ce livre.
Ma chronique, pour en savoir plus.

 

6) Delirium, tome 1 de Lauren Oliver

Pourquoi ce livre ?3160245278_2_2_CRaZzqIK
Bon, ce roman n’a pas été un coup de coeur. Mais grâce à un des personnages, j’ai ressentit quelques frissons durant ma lecture. C’est en fait, ce personnage qui m’a le plus touché et surtout qui m’a marqué.
Ma chronique, pour en savoir plus.

 

7) La beauté du mal de Rebecca Jamais

06Pourquoi ce livre ?
C’est un livre jeunesse certes, mais c’est surtout une histoire qui m’a très touché. Autant avec les personnages que l’histoire en elle même. Certains personnages me font beaucoup penser à certaines personnes de mon entourage, enfin surtout une personne.
Ma chronique, pour en savoir plus.

 

8) Ma vie de Geisha de Mineko Iwasaki

Pourquoi ce livre ?couv56346070
Une vraie ex-Geisha qui raconte sa propre vie. J’avais lu « Geisha » d’Arthur Golden, mais j’ai préféré celui-ci parce qu’on ressent vraiment ce qu’elle a vécu. C’est aussi parce que j’adore cet univers que ce roman m’a marqué.
Ma chronique, pour en savoir plus.

 

9) Autre monde, tome 3, Le coeur de la terre de Maxime Chattam

couv75344231Pourquoi ce livre ?
Ce tome est plein de rebondissement dans les aventures de nos amis. C’est aussi un roman où l’on sait beaucoup de choses et qui m’a donné énormément de frissons.
Ma chronique, pour en savoir plus.

 

10) J’avais 12 ans, j’ai pris mon vélo et je suis partis à l’école de Sabine Dardenne

Pourquoi ce livre ?couv15997577
J’ai lu ce livre pour la première fois chez une amie. Si on connait l’histoire, on comprend pourquoi ce livre peut nous marquer. Je crois surtout qu’il m’a marqué à vis. Tout le monde ne peut pas le lire, surtout quand on n’a pas le moral. Mais c’est une histoire douloureuse et surtout choquante. Je le lirai surement pour pouvoir faire ma chronique avec les idées fraîches.

Genre : Policier

260 pages

Editions Ebooks libres et gratuits

0€

couv69122486

 Synopsis :

Des cris lugubres résonnent sur la lande…
Et voici que la légende prend corps. Un chien énorme, créature fantomatique et infernale, serait à l’origine de la mort de sir Charles Baskerville. Maudit soit Hugo, l’ancêtre impie et athée, qui provoqua, en son temps, les forces du mal !
Mais Sherlock Holmes ne peut croire à de telles sornettes. Aussi, lorsqu’il dépêche le fidèle Watson auprès de sir Henry, l’héritier nouvellement débarqué d’Amérique, il ne doute pas de mettre rapidement fin à ces spéculations. Pourtant, la mort a frappé plusieurs fois sur la lande. Et le manoir est le théâtre de phénomènes bien étranges… Se peut-il que la malédiction des Baskerville pèse encore ?

 

 

Mon Avis :

 

Je n’avais jamais lu d’oeuvre d’Arthur Conan Doyle et je le regrette à présent. Mais je compte bien y remédie et j’ai commencé par « Le chient des Baskerville ».

Une nouvelle Enquête pour Holmes et Watson. Une enquête très étrange sur une série de mort qui a lieu sur les landes. Les victimes se trouvent être une génération d’homme à détenir un héritage, le manoir de Baskerville. C’est par des faits plus qu’étrange et par des rumeurs farfelus que notre détective et son acolyte vont essayer de résoudre cette affaire et mettre fin à cette malédiction. Le seul héritier des Baskerville est en danger.

Malgré le début de l’histoire que j’ai trouvée un poil long, j’ai apprécié lire mon premier Conan Doyle et me donne envie de continuer à lire ses autres oeuvres. Le début pose les bases de l’histoire et on apprend que la famille des Baskerville est sous l’emprise d’une malédiction étrange.

Tout au long de ma lecture, j’ai soupçonnée plus d’un personnage, j’ai essayé de mener moi aussi ma petite enquête. Et il faut dire que la fin ne m’a pas surprise plus que ça. J’ai été ravi d’avoir des réponses à ma question et ce n’est qu’avec les dernières pages qu’on comprend plus en détail quel a été l’objet de cette histoire.

Le personnage de Sherlock Holmes est mythique et c’est tout à fait le type d’homme que je me faisais de lui. Même si je n’ai pas suivi une seule de ses aventures, le fait que celui-ci soit connus de pratiquement tout le monde, ne fait pas de lui un inconnu.

Le Dr Watson est celui qui nous conte son aventure. Ce concept est vraiment sympa et nous donne l’impression de lire ses propres notes. Tout comme Sherlock Holmes, j’ai apprécié ce personnage. Il est très réfléchi et avec ses compétences en médecine, cela donne un avantage aux enquêtes qu’il mène avec Sherlock. Le Duo Sherlock Holmes et Dr Watson est epic et on aime suivre leurs aventures.

Ce que j’ai très apprécié ce sont les dernières pages, Sherlock Holmes nous en raconte le contenu de l’affaire et les points qui étaient pour nous, un mystère jusque la fin.

Au final, c’était une très agréable lecture et cela me donne réellement envie de continuer à lire du Conan Doyle et de suivre les aventures de Sherlock Holmes et du Dr Watson, mais pas que.

Le passé et le présent sont mes terrains d’enquêtes, mais je peux
difficilement répondre à une question touchant à l’avenir.

PACK952533755

1620

Genre : Manga, Shonen, Action, Aventurekurokawa-logo

512 pages

Editions : Kurokawa

Prix : 10€

couv32363883

 Synopsis :

Rouge est un jeune garçon plein d’ambition et de fougue. Sa plus grande fierté: être considéré comme le meilleur Dresseur de Pokémon des environs de Bourg Palette ! Le Professeur Chen va le convaincre de partir à la découverte de nouveaux Pokémon pour compléter l’encyclopédie les répertoriant: le fameux Pokédex !
Rejoignez Rouge dans sa quête et découvrez la grande aventure par laquelle tout a commencé !

 

 

 

Mon avis :

Après avoir vue la vidéo de Didi et de sa chronique sur ce Manga, je suis allée m’acheter ce tome qui est une réédition de la fameuse saga du même nom.

Rouge (ou Red) est un jeune dresseur de Pokémon. Il va avoir la chance de sortir de son petit village et enfin découvrir d’autres horizons. Il va surtout faire d’autres rencontrent, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, capturer d’autres Pokémon, mais surtout essayer de devenir le meilleur dresseur de Pokémon.

xpokemon-grande-aventure-kurokawa-L-Wsevf5.jpeg.pagespeed.ic.6-GFqhwPVdComme je l’ai dit plus haut, ce tome est une réédition de la saga sortis en 2001 en France. D’ailleurs il n’y a eu que les 6 premiers tomes de sortis par l’édition Glénat. Ces trois premiers tomes regroupés l’arc Bleu/Rouge/Vert et les trois derniers regroupes le début de l’arc Jaune.
En 2011, l’édition Kurokawa reprend la Licence de Pokémon et commence l’histoire à partir de l’arc de Pokémon Noir et Blanc. C’est à partir de juin 2014 que Kurokawa réédite les trois premiers tomes de cette saga et regroupe les trois premiers tomes des deux premiers cycles en trois volume.

EcranprincipalPokemonRougeBleu

Le Manga est donc une inspiration des jeux vidéos (Bleu, Rouge, Vert et Jaune) de l’auteur Satoshi Tajiri, qui sont toujours aussi populaires aujourd’hui en 18 ans d’existence.
Dans ces jeux, nous prenons place dans un monde peuplé de monstre que nous appelons des Pocket Monster (ou plus précisément des Pokémon). Nous sommes donc un simple amateur de Pokémon, dans un petit village et c’est là que l’aventure commence. Le Professeur Chen (un chercheur pokémon) nous offre un pokémon en échange de devoir capturer le plus de pokémon possible pour ses recherches et pour remplir le Pokedex. Trois pokémon de type différent s’offre à nous : le type feu (Salamèche), le type eau (Carapuce) et le type plante (Bulbizarre). L’aventure peut enfin commencer et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Entre capture de Pokémon, des combats, les arènes, etc., nous avons de quoi faire pour nous aventurer dans cet univers.

Revenons donc au Manga qui est le but de cet avis. J’ai été très agréablement surprise par le contenu et la qualité de ce Pokemon-LGA-Rougepremier tome. En effet, il y a moins de censure que dans les autres éditions françaises et la traduction est beaucoup mieux.

Ce fut un merveilleux moment passé en compagnie de Rouge et de ses amis. Beaucoup de rencontres et de soucis réglés. L’univers Pokémon est très vaste et on est toujours imprégné dans l’histoire et dans les combats qui se déroulent. Malgré que Rouge soit un peu impulsive et foufou dans sa façon d’agir. Il se retrouve toujours dans des situations assez cocasses voir même dangereuses, mais ses actes n’en restent pas moins réfléchis et il arrive toujours à s’en sortir, avec l’aide ou pas d’une de ses connaissances.
Les personnages sont tous aussi touchant les uns que les autres. Le rival de Rouge, qui n’est autre que Bleu colle très bien au personnage du jeu vidéo. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, il reste le personnage le mieux représenté pour moi dans ce Manga.

Les dessins paraissent simple, mais c’est sans doute le meilleur moyen de voir ce qu’il se passe et colle très bien à l’univers de Pokémon. Je trouve aussi que la version animé est beaucoup moins bien que la version papier (sauf les 4 petits épisodes qui sont sortis il y a quelques mois). Hidenori Kusaka et Mato forment un très bon duo pour le scénario et le dessin. On ressent vraiment ce qu’est l’univers Pokémon. D’ailleurs, sur quelques planches, on retrouve quelques dessins sortis tout droit du jeu vidéo.

Il y a quelques petits points que je trouve dommage dans ce tome, les événements passent très vite. Tellement vite qu’on en prend pleins aux visages et qu’on n’a pas le temps de souffler. J’aurai aimé avoir un peu plus de détails sur les villes que Rouge explore.

J’ai aussi remarqué quelques fautes d’inattention, mais qui ne m’ont pas plus dérangé que cela.

L’univers de Pokémon est vraiment très vaste et je pourrais passer des heures à en parler. Il y a tellement de choses à dire, tellement de choses à découvrir entre les divers Pokémon, les jeux vidéos, les anecdotes, les creepypasta et bien d’autres choses encore. C’est un univers que découvre et redécouvre chaque génération de joueurs (ou non).

Pour finir cette « très longue » chronique, je vous dirai simplement que c’est un univers à découvrir autant par les jeux-vidéos que par le Manga. Ce Manga est un très gros coup de coeur et je serai ravis de me replonger dans les aventures de Rouge et de ses Pokémon. Je vous invite d’ailleurs à aller voir les vidéos de Didichandouidoui sur les différentes énigmes sur Pokémon.

 

Peu importe le nombre ou la puissance des Pokémon que l’on possède.
Rien n’est plus fort que le lien qui unit un Pokémon à son dresseur.

 

9782723436298_pg

 

Coupde

Genre : Bande-dessinée, fantasyglenat

64 pages

Editions : Glénat

Prix : ~14 €

04

Syopsis :

 

Empereur de l’antique île aux Dragons de Melniboné, Elric, albinos et malade, règne sur un peuple plurimillénaire à la puissance héritée des dieux. Mais sa santé fragile l’oblige à user de drogues et de magie pour survivre. Son cousin Yyrkoon, qui méprise ces faiblesses, tente de remettre en cause sa légitimité à posséder le trône de rubis. Apprenant qu’une attaque de pirates sanguinaires se prépare, Elric saisit l’occasion pour tenter de restaurer son autorité. Il va révéler ainsi une personnalité complexe, mais aussi son allégeance aux sombres desseins d’Arioch, le plus puissant des Seigneurs du Chaos…

 

 

 

Mon avis :

 

elrIl y a quelques mois, dans un magasin d’occasion, je suis tombée sur cette BD. La couverture est tellement magnifique à mes yeux que je n’ai pas pu m’en empêcher et j’ai sauté sur l’occasion pour me procurer ce premier tome. Je n’ai pas encore lu les romans de Micheal Moorcock, mais j’ai tout de même testé une approche par cette bande-dessinée et je n’en suis pas déçus au point de ne pas vouloir un deuxième tome ou de lire les oeuvres de cette adaptation.

Sur le trône de rubis, Elric y est installé en tant qu’empereur de l’île aux Dragons de Melniboné. Il est malade et pour se soigner, il fait appel à sa cousine Cymoril… Son cousin Yyrkoon le méprise au point de faire l’inévitable pour avoir le trône.

Je n’ai pas voulu en dire plus sur le déroulement des événements que comporte ce premier tome. Pour ne pas spoiler, mais surtout parce que je ne savais pas trop comment expliquer la situation.

Ce fut une très agréable lecture. Le personnage d’Elric est hyper attachant et j’aime vraiment le fait qu’il soit différent de tous les autres, un albinos. J’aime beaucoup cette différence, ça renforce énormément le côté sombre du personnage en lui-même. Un petit côté vampire ou je ne sais quoi.

Sur certaines pages, j’ai été époustoufler par le nombre de détail et par la beauté des dessins. Les couleurs sont en général très sombres, très noir. Mais j’aime beaucoup ce genre d’univers. Beaucoup de rouge, de noir et certains dessins contraste avec ces couleurs sombres. On peut y voir du bleu clair et du blanc. Représentant le froid ou l’eau, etc.

A la fin de ce premier tome, on peut y retrouver la Genèse. Quelques descriptions supplémentaires sur les personnages et quelques informations sur les lieux où se passe l’histoire.

Les dernières pages sont destinées aux hommages. Sur celles-ci des artistes y ont dessiné l’univers d’Elric, vus par eux. Ils sont tous aussi beaux les uns que les autres. J’ai repéré un ou deux dessins coup de coeur.

Je compte vraiment lire les oeuvres de Michael Moorcock et j’espère avoir l’occasion de me les procurer. Et je n’ai qu’une hâte, avoir le tome 2 qui devrait sortir courant 2014.

Une dernière question. Peut-on lire cette bande-dessinée avant même d’avoir lu les livres ?

Loup blanc.88913315_o
Champion d’Arioch.
Jouet des Dieux.
Assassin de ton peuple.

Des siècles après ta mort,
Ta légende et ton nom resteront gravés dans les mémoires…
Les plus belles reines du monde se damneront pour mourir de ta main,
Comme ta mère avant elles…
Les plus grands souverains tomberont à tes pieds en maudissant ton nom,
Comme ton père avant eux…

Elric,
Dernier Empereur de Melniboné…

Appelle-moi,
Maudis-moi,
Attends-moi, mon aimé,
Car bientôt nous serons réunis…

elric-L-qvu6yPUne des illustrations hommages.

1620

Genre : Beaux-livre, Jeunesse

64 pages

Editions : Kensington Pudding

Prix : ~ 20 €

 

couv9230323

Synopsis :

Ce guide à l’intention des jeunes ladies & gentlemen intrépides et aventureux a pour objectif de leur enseigner les usages et les règles de bienséance, qui leur permettront de vivre en bonne intelligence avec les monstres. De précieux conseils, distillés par des coachs avisés, auront pour but ultime de parvenir à prendre une tasse de thé, avec chacune de ces créatures…

Parmi les monstres figurant dans cet ouvrage, on découvrira des vampires, des zombies, des momies, des sorcières, des loups-garous et même des lapins naufrageurs qui auront à c ur de nous prouver, une tasse de Earl Grey (avec un nuage de lait) à la main, qu ils ne sont pas si terrifiants qu on veut bien nous le laisser croire.
Enfin un livre monstrueux qui ne fait pas dans la dentelle !

 

Mon avis :

 

Tombée par hasard sur ce magnifique livre dans un magasin d’occasion, j’ai directement sauté dessus pour me le procurer et je ne suis pas du tout déçue de ce qu’il contient.

Savoir-survivre en compagnie des Monstres est un guide pour jeunes gens qui aimeraient avoir comme compagnie lors deaer leur Tea Time un monstre. Ce guide est coupé en trois partis : Les Monstres Domestiques, les Monstres Fantasmagoriques et les Monstres Exotiques. Chacun a le droit à sa petite fiche pour le représenter et donne des « conseils ». On peut donc y retrouver le Vampire, la Tricoteuse de mauvais sorts et mon préféré le Poulpe.

C’est un livre vraiment tout « mignon » et très enfantin. Sympathique comme tout et c’est un délice de lire les petites fiches des monstres.

Suis-je obligé de parler du graphisme des dessins que contient ce livre ? Oh que oui ! C’est même une obligation. J’adore totalement les magnifiques dessins qui accompagne chaque monstre. La mise en page aussi est vraiment jolie.  Même si les dessins paraissent sombre, une touche couleur vient contraster avec le noir des dessins.

Je finirai par dire que ce fût un très bon moment passé avec ce livre, autant pour les textes que pour les dessins.

9782360220007_3

« Tip Top Nananère,
en 3 coups de cuillère en l’air,
croisez vos petites cuillères!
Tip Top Nananère,
en 22 coups de cuillère à pot,
évitez de vous faire briser les os!
Tip Top Nananère,
au Tea-Time Monsters Show,
vous êtes tous des super héros! »

 

Coupde