Articles Tagués ‘Juanjo Guarnido’

Genre : Bande-dessinée, Policier

Editions : Dargaud

54 pages

 

couv73696703

Synopsis (source livraddict) :

Weekly doit quitter La Nouvelle-Orléans ; il y laisse John qui préfère rester pour chercher du travail sur place. Par chance, celui-ci croise justement un riche Texan qui lui propose de ramener sa voiture chez lui : un boulot simple et bien payé !

 

 

 

 

 

 

 

Mon avis :

Dernier tome que j’ai lu de la saga. Le tome 6 n‘est pas encore sortis, donc je suis à jour au niveau des tomes.

Ici, John se retrouve dans une situation non voulu. Un homme lui propose de ramener sa voiture (chose qu’il ne peut pas faire, puisqu’il s’en va en avion), lui faisant entièrement confiance, sauf que tout ne va pas se passer comme il l’aurait désiré.

Un vol, un meurtre, une fuite va emmener John dans une histoire. Tout est réuni ici pour faire une bonne enquête.

Sauf que, ce tome est une petite déception pour moi. J’ai quand même aimé lire ce tome 5, mais il n’arrive toujours pas à la hauteur des précédents.

Un bon point tout de même pour chaque tome, les couvertures sont toutes magnifiques, tout comme les dessins qui restent toujours aussi beau et agréable à regarder.

J’attends beaucoup du prochain tome et j’ai peur d’être une nouvelle fois un peu déçus. Pas déçus dans le sens « je n’ai pas aimé », mais déçue par l’histoire.

En attendant, je conseille tout de même cette bonne saga. Vous tomberez très vite sous le charme de notre enquêteur.

Mes poèmes n’ont pas à sortir à la lumière, ils sont la lumière. Les mots nous éclairent, il nous montrent la voie…

BlacksadTome5_1

Publicités

Genre : Bande-dessinée, Policier

Editions : Dargaud

56 pages

 

couv41087230

Quatrième de couverture :

« Sartre affirme que l’Enfer, c’est les autres. Je veux bien admettre que les autres peuvent nous rendre la vie insupportable, mais ils peuvent aussi être nos compagnons de Paradis. Pour moi, l’Enfer c’est le néant, un endroit sans mes amis, sans musique, sans paroles qui stimulent l’imagination, sans beauté qui exalte les sens… »

 

Synopsis (source livraddict) :

Années 1950, La Nouvelle-Orléans, où la fête de Mardi gras bat son plein.

Grâce à Weekly, un producteur de jazz dénommé Faust fait la connaissance de Blacksad. Faust demande à ce dernier de s’occuper d’une affaire : un de ses musiciens, le pianiste Sebastian, a disparu. Il n’a pas donné signe de vie depuis des mois, mettant en péril le label musical privé d’une star.

Faust craint que Sebastian ait, une fois de trop, sombré dans la drogue. Sa requête est d’autant plus pressante que Faust se sait atteint d’un cancer. Blacksad accepte la mission et découvre peu à peu que Faust ne lui a pas tout dit. Il s’aperçoit qu’il est lui-même manipulé, mais décide tout de même de retrouver Sebastian pour comprendre les raisons de sa disparition. Il ne sait pas encore qu’il va connaître son enquête la plus éprouvante, à plus d’un égard.

Mon avis :

Le tome 4 ? Oui ! Le tome 4 ! Nous suivons toujours notre très cher ami John Blacksad dans ses aventures. Cette fois-ci le sujet tourne autour d’une faute très grave faite par un charlatan, d’une histoire de famille et surtout d’argent.

Je ne me lasse pas des aventures de notre chat. Ils s’embarquent dans toute sorte de mauvaises histoires, quitte à ce que ça lui fasse du mal.

Donner sont avis sans spoiler est très difficile, surtout quand il s’agit d’une saga BD. Je dis toujours la même chose et au bout d’un moment je tourne en rond.

Même si j’ai encore une fois adoré lire la suite de Blacksad, le fait que le tome 2 est pour moi l’un des meilleurs, j’ai moins apprécié celui-là.

John Blacksad reste le chat et le détective le plus attachant de la saga, fort heureusement, il est toujours là au bon moment et toujours là pour résoudre des affaires.

On se retrouve très vite pour le tome 5 !

Comment une personne dévorée par le cancer peut-elle à ce point mépriser la vie des autres ? Même en voyant la mort de si près, vous n’êtes pas capable d’un peu de compassion Faust ?

p28_GIBRALTAR

Genre : Bande-dessinée, policier

Editions : Dargaud

56 pages

 

couv67703785

Quatrième de couverture :

« Parfois, quand j’entre dans mon bureau j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble aux vestiges de l’être civilisé que je fus jadis. »

 

Synopsis (source Livraddict) :

Finances et moral au plus bas, Blacksad est à Las Vegas où il travaille pour le compte d’un joueur fortuné.

Pourtant une rencontre inattendue va bousculer sa nouvelle vie : un ami, Otto Lieber, scientifique de haut rang, est de passage dans la ville où a lieu une conférence sur le nucléaire. Les deux hommes réussissent à se voir et les souvenirs remontent à la surface… Otto semble avoir une vie passionnante malgré l’excentricité de son “bienfaiteur”, Gotfield.

Celui-ci est marié à la troublante Alma et, après ces rencontres, la vie de Blacksad va prendre une nouvelle tournure…

 

Mon avis :

Nous revoici avec le tome 3 de Blacksad. Après avoir passé de très bons moments avec le tome1 et 2, je n’allais quand même pas m’arrêter là.

Une nouvelle fois, j’ai été séduite par ce tome, peut-être pas autant que le tome 2. Mais la barre est déjà assez haute et on se demande si on peut faire plus ou bien dégringoler.

Les sujets dans ce tome font partie des événements historiques de notre histoire (de notre passé). L’enquête de Blacksad se retrouve au centre de la guerre froide.

Notre ami Weekly, la petite fouine est aussi au côté de notre enquêteur John. Une amitié qui grandit énormément depuis le tome 2. Je trouve que ce personnage donne un côté plus foufou et insouciant aux histoires.

Avec toute cette histoire, notre enquêteur va succomber sous le charme d’un personnage féminin. D’ailleurs, les dessins pour les personnages féminins sont magnifiques.

J’ai moins apprécié ce tome-ci. L’histoire est assez compliquée à suivre, mais à part cela, j’ai passé un bon moment avec nos personnages.

 

Avoir ou ne pas avoir de chance… quelqu’un peut-il définir ce que c’est ? Moi pas.

 

blacksad03p

Genre : Bande-dessinée, Policier

Editions : Dargaud

56 pages

couv34721812Synopsis :

« De toute évidence, ma tête ne plaisait guère aux gens du quartier…
J’avais cependant l’intention de continuer à la montrer. Du moins jusqu’à ce que je retrouve l’enfant… »

 

 

 

 

 

 

p47

Mon avis :

Beaucoup d’élément dans ce tome 2. Enlèvement d’enfant, racisme, nazisme et secte sont de partis. Sur fond de neige, de froid et de trahison.

Ce tome, comme vous l’avez compris, regroupe beaucoup d’élément qui pourrait faire un bon Polar. La neige représente toute la partie du racisme omniprésent dans ce tome-ci. Chaque personnage est représenté par des animaux de couleur blanche (l’ours blanc, le loup blanc, pour vous citer des exemples) ou noir (le cheval noir, le taureau, etc.).

Je trouve ce tome un peu plus sombre que le précédent et beaucoup plus percutant. Le sujet du racisme se retrouve comme chez les humains et on comprend très vite l’aspect humain des personnages, mais surtout que les humains se comportent très bien comme des animaux. Ici, c’est ce qui est très bien retranscrit.

John est toujours aussi attachant, on retrouve tous ses côtés humains. Même si dans ce tome, il n’est pas atteint directement, il se met à fond pour la résoudre et faire le bien. Ce qui fait de lui un bon enquêteur.

Un nouveau compagnon va faire son apparition et il va s’avérer être très utile dans l’enquête que mène Blacksad.

Les graphismes sont toujours aussi époustouflants. J’ai particulièrement adoré les paysages dans la neige. C’était vraiment magnifique.

C’est toujours aussi plaisant de lire une bande-dessinée comme celle-ci et je recommande, encore une fois, de lire ce tome.

 

– Vous savez, tout le monde n’interprète pas la loi de la même manière…
– C’est exact. Moi, j’aime bien l’interprétation de l’ancien testament. Vous souvenez-vous ? « Oeil pour oeil… »

 

blacksad_tome2_2

 

Genre : Bande-dessinée, Policier

Editions : Dargaud

48 pages

blacksad-tome-1-quelque-part-entre-les-ombres-7968044Synopsis :

« Parfois, quand j’entre dans mon bureau, j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble aux vestiges de l’être civilisé que je fus jadis ».
Ainsi parle Blacksad, détective privé aux méthodes musclés, mais à la sensibilité à fleur de peau. Il aimerait bien être plus guilleret, l’animal, mais la dépression le ronge, et pour une juste cause : Natalia Wilford, actrice à succès et ancien amour encore si présent, vient de se faire cruellement assassiner. Blacksad va donc, en dépis des conseils du commissaire Smirnov, tenter d’élucider la mort de son ancienne compagne afin de retrouver la paix. Mais l’enquête est bien loin d’être aisée pour notre héros, qui se lance dans un combat dont l’opposant peut être bien plus puissant qu’il ne le soupçonne…

 

 

Mon avis :

Une BD que je voulais ABSOLUMENT découvrir depuis déjà plusieurs mois. Mais je n’ai pas eu l’occasion de me procurer les tomes. C’est en partant en vacances dans une maison d’hôte que j’ai eu la surprise et la joie de découvrir les cinq premiers tomes de cette saga. J’ai sauté sur l’occasion de les lire pendant mon séjour.

John Blacksad est un chat. Mais pas n’importe quel chat, c’est un chat détective au physique humain et au visage animal. (Ceci a un nom : l’Anthropomorphisme.). John va devoir résoudre une affaire de meurtre, mais pas n’importe laquelle, c’est une ancienne connaissance, une de ses ex-petite amie.

Dans cette Bande-dessinée l’Anthropomorphisme est la base des dessins. Ce qui nous donne un plus du côté graphique. Mais ce n’est pas dérangeant pour autant, le côté humain des personnages est omniprésent. On cherchera toujours à savoir à quoi correspond chaque personnage.

L’histoire en elle-même est vraiment prenante et on ne ce doute pas qui est le meurtrier.

J’ai énormément été touché par le personnage de Blacksad. Il a beaucoup de classe. C’est un personnage assez mystérieux au final, mais qu’on adore. Le commissaire Smirnov aussi est assez attachant, même si on ne sait pas vraiment qui il est.

L’univers qu’on crée le dessinateur et le scénariste est vraiment bien fait. On pourrait se croire dans un polar d’il y a plusieurs années. Le décor et l’ambiance représentent un travail bien fait et ils ont réussi à m’émerveiller devant le coup de crayon du dessinateur.

C’est une réussite pour ce premier tome et c’est ce qui m’a donné envie de lire la suite. Il n’en reste pas moins à la limite du coup de coeur.

Désormais j’étais condamné à ce monde là : une jungle où le gros dévore le petit, où les hommes se comportent comme des animaux.

blacksad_tome1_2b