Articles Tagués ‘Kana’

Genre : Manga, Shojo, Tranche de vie, école, romance

Editions : Kana – Collection : Shojo Kana

181 pagesKana

Date de Parution en France : 05/07/2014

Prix : 6 € 85

 

couv19825470

 Synopsis :

 

Futaba s’est transformée à son entrée au lycée. Douce et féminine au collège, elle est devenue plus énergique et garçon manqué dans l’espoir de se faire des amies. Mais ses nouvelles amitiés sont artificielles et Futaba va bientôt remarquer les limites de son changement de personnalité…

 

 

 

 

Mon avis :

 

Une saga que j’ai découverte par hasard. J’ai été séduite par la couverture que je trouve magnifique. Partis à l’aveuglette, je me suis lancée dans ce Shojo.

La jeune Futaba n’aime pas les garçons, elle les trouve bruyant, pas soigneux, violents… Mais, il y en a un qu’elle trouve différent des autres. Un garçon pas très grand, qui n’a pas une voix grave, presque comme une fille. Ce jeune homme est Tanaka. Ils vont tomber amoureux, un amour de collégien, un premier amour. Mais un jour, par un malentendu, il va disparaître. Elle entendra quelques temps plus tard qu’il a déménagé. Les années passent et Futaba arrive au lycée. Avec ses nouvelles amies, elle vit la vie d’une lycéenne peu féminine et qui mange beaucoup. Quand dans les couloirs du lycée, un garçon l’a bouscule… Qui est-il ? Il ressemble étrangement à quelqu’un qu’elle connait.

p1« Gna ! » Une réaction que je qualifierai presque comme une explosion de sentiment. C’est beau, c’est mignon, c’est frais.

Ce que j’aime dans ce manga, c’est de voir que le personnage principal féminin (Futaba), ce n’est pas une jeune fille énervante ou cul cul la praline. Pas du tout, elle est simplement une jeune fille qui veut cacher ce qu’elle est vraiment pour ne pas être seule. Elle manque juste de confiance en elle.

Kou Tanaka est un très beau garçon. Il semble froid avec notre petit Futaba, mais il ne peut pas s’empêcher à la sortir du pétrin.

Io Sakisaka est un très bon mangaka. Le design de son univers m’a envoûté et je suis entièrement conquise. Les expressions des personnages sont tout simplement délicieux.

Les éditions Kana font du très bon travail et ici encore c’est du bon travail. Blue Spring Ride est un joli cupcake qu’on aimerait manger et savourer. C’est rempli de saveur qui nous fait fondre.

Cette expérience avec les Shojos me donne envie d’en lire encore plus et de découvrir toutes les autres histoires. Une très bonne expérience, je dirais.

C’est un véritable coup de coeur.

Coupde

Si on perd quelque chose il suffit de le reconstruire.

Plus d’info :

Blue-Spring-Ride-anime-image-112

Pour les plus curieux, un animé est en cours et les 6 premiers épisode sont déjà sortis.

Site de l’animé pour plus d’information. (ja)

A la fin de l’année sortira un film live.

Site du film live pour plus d’information. (ja)

Trailer de l’animé :

Genre : Manga, Seinen, Surnaturel

Editions : Kana – Collection : Dark

178 pages

couv46122125

Synopsis : (Source Éditeur)

Teiichi Niiya est un étudiant sans histoires en 1re année au Collège Seikyô. Il est loin de se douter qu’il va rencontrer une fille bien étrange,Yûko Kanoe, en arpentant les couloirs du bâtiment désaffecté de son collège. Étrange c’est le moins que l’on puisse dire puisque très vite, Teiichi va se rendre compte qu’il s’agit… d’un fantôme !
Ne se rappelant plus de son passé, Yûko va tenter -avec l’aide de Teiichi- de résoudre les phénomènes étranges qui frappent leur école en espérant que ces mystères leurs permettent d’en apprendre plus sur le sombre passé de Yûko.

 

 

 

Mon avis :

Comme les deux tomes de ce manga est sorti il y a peu et après avoir entendu parlé de l’animé, qu’il était sympa et assez prenant etc. J’ai décidée de le lire pour avoir mon propre avis et venir le partager avec vous.

Nous suivons Teiishi Niiya, un jeune collégien assez courageux pour entrer dans le bâtiment qui est, apparemment, hanté par un fantôme. Ce qui ne fait pas du tout peur à notre ami Teiishi, au contraire. Il ne se sent tout de même pas à l’aise dans ce bâtiment et va être bien surpris en rencontrant Yûko, une jeune fille bien mystérieuse. C’est un fantôme et ne sait pas pourquoi elle en est arrivée là. Elle a perdu la mémoire. Va s’en suivre une enquête sur la mort mystérieuse de cette jeune fille. Teiishi et Yûko vont créer une véritable équipe d’enquêteur.

Pour tout dire, je ne savais pas trop de quoi parlé ce manga et j’ai été assez surprise. Ce premier tome pose les bases sur ce qui nous attend plus tard et il faut l’avouer, je suis restée sur ma faim ! J’en attendais peut-être beaucoup plus. Mais les choses sérieuses arriverons peut-être au tome 2. Mais ce n’est pas tout, même si ce manga à des tendances assez sombres dans l’ensemble, le côté humoristique donne une touche en plus à l’histoire.

Le personnage le plus attachant est sans aucun doute Yûko. Malgré ce qui lui arrive, elle trouve toujours le moment pour plaisanter et mettre dans l’embarras Teiishi.

Parlons des dessins, ils collent vraiment très bien à l’univers du manga. Les expressions des personnages sont assez bien réalisés et ça compte aussi pour les petits passages humoristique.

C’est un manga en 10 tomes, sa première publication date de 2009 par l’Editeur SqUare Enix. Un animé est alors sorti en 2012 et c’est en 2014 que les éditions Kana décide de nous publier les tomes de Dusk Maiden Of Amnesia.
Comme d’habitude, Kana nous offre un manga soigné. Pour ne pas trop nous laisser sur notre faim de ce premier tome, Kana a publié le deuxième tome de la série. Qui n’est pas plus mal pour les amoureux de cette série et ceux qui, comme moi, veulent en avoir plus.

Dusk Maiden Of Amnésia est un bon manga. Un avis sur le premier tome ne peut pas être 100% satisfaisant l’intrigue à du mal à avancer, mais on sent tout de même qu’il y a du potentiel et on aimerait plus.

 

Ce bâtiment de l’école a été construit sur un terrain interdit.
La terre était maudite, et les gens en avaient très peur.
Afin que cesse la malédiction, il fallait sacrifier une vie humaine.
C’est une élève de l’école qui fut choisie.
Elle fut enfermée vivant quelque part dans l’école.

 

planche 1