Articles Tagués ‘Mathias Malzieu’

Genre : Contemporaine, autobiographieAVT_Albin-Michel_1209

240 pages

Prix : 18€

Année de sortie : 2016

 

couv31644743

Synopsis :

 

« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue. »

Mot de l’auteur :

Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug Biologique, risque de crash imminent.
Quand la réalité dépasse la (science-)fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d’amour aussi.
Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n’ai rien eu à inventer. Si ce n’est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon cœur.

 

 

Mon avis :

 

On peut dire que je me suis littéralement jeté sur ce livre. Déjà en voyant qui l’avait écrit, le titre et la couverture sobre mais efficace. J’ai décidé sur un coup de tête de me le procurer. Sachant d’avance que j’allais l’apprécier, je l’ai commencé directement après son achat. Et… Ô joie, Ô bonheur ! C’est un ENORME coup de cœur, une grosse claque ! Je vais vous dire pourquoi tout de suite !

Avant tout de choses, sachez que c’est un roman autobiographique. Qui dit autobiographique, dit fait réel écrit par l’auteur. Cela faisait un moment que je n’en avais lu et c’est avec plaisir de me replonger dans une autobiographie de ce genre. Surtout avec ce style d’écriture.

Mathias nous livre dans cette autobiographie qu’il est atteint d’une Aplasie Médullaire. Pour faire court, c’est une maladie du sang qui attaque la moelle osseuse. La moelle osseuse devient alors incapable de reproduire des cellules-souches. Ce qui fait que Mathias doit se faire transfusé du sang aussi souvent que nécessaire. D’où le titre du roman, mais je vous laisse découvrir plus en détail en le lisant. C’est donc comme cela que commence le roman, Mathias nous livre donc son combat contre cette maladie. Ses peurs, ses joies, ses colères, etc. Une belle brochette d’émotion.

Gros COUP DE COEUR !! Pas de surprise de ce niveau-là, Mathias est un de mes auteurs préférés. Je l’adore autant avec son groupe Dionysos qu’en tant qu’auteur. Sa plume me fait toujours extrêmement de bien. Le lire est un véritable délice, pour ceux qui aiment la poésie, mais pas que. Une claque, une énorme claque. C’est ce dont j’ai ressenti à la lecture de ce roman. Mathias a sa façon de décrire les différents moments de la vie qu’on est totalement submergé dans son univers. Un univers toujours aussi grand, pleins d’imagination et beau. On ne s’ennuie pas du tout avec lui et c’est ce qui me fait aimer son univers et son style d’écriture. Même si ce roman est une autobiographie, donc quelque chose de personnel, on ressent toute la fantaisie qui parcours dans les veines de Mathias Malzieu. Les différents moments de la vie qui nous semble bien futiles deviennent, grâce à Mathias, des moments rares et notre vision des choses changent tout au tout. C’est un merveilleux message que nous fait l’auteur. Vivre la moindre seconde et un énorme trésor. La vie. C’est la vie ce trésor. La vie qui ne tient qu’à un fil et ce roman nous le prouve.

Si je devais ne citer qu’un seul passage du roman, je ne pourrai pas. Le roman en lui-même est une citation de la vie. C’est émouvant, beau et fait réfléchir.

 

 

Ma seule possibilité de résister, c’est d’écrire. L’urgence fait pousser des graines de livres en moi. Je les arrose toutes et m’applique à penser que je vais trouver mon haricot magique pour crever le plafond de l’hôpital.

 

 

Publicités

Genre : Conte

Editions : J’ai Lu

151 pages

 

couv35911587

 Synopsis : (Source Livraddict)

 

 » Comment on va faire maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi ? Qu’est-ce que ça veut dire la vie sans toi ? Qu’est-ce qui se passe pour toi là ? Du rien? Du vide ? De la nuit, des choses de ciel, du réconfort ?  » Mathias, une trentaine d’années mais une âme d’enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu’il rencontre sur le parking de l’hôpital, que serait-il devenu ? Giant Jack, 4,50 m,  » docteur en ombrologie « , soigne les gens atteints de deuil. Il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et rêver malgré la douleur… Il le fera grandir.

 

 

 

 

Mon avis :

 

Mathias Malzieu est quelqu’un que j’aime de plus en plus. Autant en tant que chanteur de Dionysos qu’Ecrivain. Je me sens transporter à chaque fois dans son univers imaginaire et étrange. Tout comme La Mécanique du Coeur, ce roman est un petit coup de coeur.

Cette histoire n’est pas comme les autres. C’est une sorte autobiographie de Mathias Malzieu.
Mathias, une trentaine d’année, apprend le décès de sa mère. Il a du mal à surmonter cette évènements et fait la rencontre d’un géant de 4m50 et â de 130 ans : Giant Jack, docteur en « ombrologie ». Il soigne les personnes ayant du mal à surmonter le deuil.

C’est ainsi que commence l’histoire extraordinaire de Mathias. On rentre directement dans le vif du sujet c’est-à-dire le décès de sa mère et on ressent toute la tristesse qu’il endure chaque jour. Jusqu’à ce qu’il commence à avoir de l’amélioration. Comme toujours, c’est son univers si particulier qui donne un charme à l’histoire qu’il raconte. J’ai vraiment été charmé par ce roman. Je suivais Mathias dans son petit monde en compagnie de Jack le Géant et c’était un véritable plaisir.

Je n’en attendais pas moins de ce roman. Je m’imaginais toutes les créatures qu’on a pu croiser dans ce livre et mon préféré restera Giant Jack. Il est tellement charismatique et drôle.

Le coup de coeur encore et toujours, après La Mécanique du Coeur. J’espère que mes coups de coeur continuerons sur cette lancée avec les autres oeuvres de Mathias Malzieu.

Petite anecdote, ce roman a été inspiré de l’album Monster In Love.

Il y a bien les souvenirs mais quelqu’un les as électrifiés et connectés à nos cils, dès qu’on y pense on a les yeux qui brûlent .

 

Genre : Conte

Editions : J’ai Lu

155 pages

couv64925742

 Synopsis : (source livraddict)

Edimbourg, 1874 : le jour le plus froid du monde. Lorsque Jack naît, son cœur gelé se brise immédiatement. La sage-femme le remplace par une horloge et le sauve.
Depuis lors, il doit prendre soin d’en remonter chaque matin le mécanisme. Mais gare aux passions ! Le regard de braise d’une petite chanteuse andalouse va mettre le cœur de Jack à rude épreuve…

Mon avis

J’ai découvert Mathias Malzieu avec son groupe Dionysos et surtout avec son Album La mécanique du coeur. Cela doit faire bientôt deux ans.

L’envie de lire ce conte a été plus forte que jamais, j’adore l’album de 2007 intitulé lui aussi La Mécanique du Coeur, mais aussi parce que l’animation basée sur ce conte sort très bientôt et avant de voir l’animation j’avais très envie de lire le livre avant tout.

Tout ce que je peux dire c’est que je n’ai pas été déçu une seule seconde. Lu assez vite, ne pouvant pas m’arrêter, j’ai dévoré ce livre.

L’histoire commence, nous sommes à Edimbourg en 1874. C’est le jour le plus froid du monde et une jeune fille va accoucher d’un enfant qu’elle ne désire pas. Le prénom de ce Bébé : Jack. Le coeur de se pauvre petit se gèle et se brise. La sage-femme le sauve en le remplaçant par une horloge. Le jour de ses dix ans, celui-ci veut descendre la colline et découvrir la ville. Ce qui ne plait guère à Madeleine, la sage-femme qui l’a sauvé et recueillis. Il fait la rencontre de « la petite chanteuse qui se cogne partout ». Mais Madeleine l’a prévenus : « Premièrement, ne touche pas à tes aiguilles. Deuxièmement, maîtrise ta colère. Troisièmement, ne te laisse jamais, au grand jamais, tomber amoureux. Car alors pour toujours à l’horloge de ton coeur la grande aiguille des heures transpercera ta peau, tes os imploseront, et la mécanique du coeur sera brisée de nouveau. » Ce qui n’a pas suffis à Little Jack de ressentir ce qu’on lui avait interdit…

Je ne sais même pas par où commencer pour vous donner un avis construit, tout ce bouscule dans ma tête. La première chose que je peux dire, c’est que c’est un véritable coup de coeur. Mon premier coup de coeur de l’année 2014. Mathias Malzieu a une façon de nous transporter dans son univers poétique et étrange à la façon de Tim Burton.

Connaissant presque l’album La Mécanique du Coeur de 2007 par coeur, je n’ai pas trouvé cela handicapant de suivre l’histoire et d’avoir en tête les paroles d’une ou plusieurs musiques. Au contraire, j’ai trouvé ça plus sympathique et m’a transporté encore plus dans cet univers.

Le personnage de Jack est vraiment touchant, on a envie de le protéger de tout ce qui lui arrive pour ne pas qu’il souffre davantage. Tout comme le personnage de la petite andalouse, forte mais fragile à la fois.

Je ne vous donne que l’exemple de Jack, qui est le personnage principale, mais tout les autres personnage que Jack rencontrera tout au long du récit en valent la peine eux aussi d’en parler. Ils sont tous charismatiques, même ceux que l’on considère comme aux troisièmes plans.

Si vous aimez l’univers de Tim Burton et les univers poétiques que l’on peut croiser, je vous recommande fortement ce conte. Mais ça passe ou ça casse, ce n’est surement pas au gout de tout le monde. Pour moi, ça passe à 1 000%.

Maintenant, j’attends avec impatience le film d’animation : Jack et la Mécanique du Coeur qui sort le 4 février 2014 au cinéma.

Ce conte m’a donné envie de lire d’autre oeuvre de Mathias Malzieu. Que je remercie pour nous faire autant transporter dans son univers si magique et poétique.

Love is dangerous for your tiny heart even in your dreams, so please dream softly