Articles Tagués ‘Roman’

Genre : Nouvelle, Fantasy, Science-fictionlumen_logo

280 pages

Prix : 20€ ~

Année de sortie : 2014

 

couv68187822Synopsis :

 

Final Fantasy VII – On the Way to a Smile contient sept histoires courtes qui font suite au jeu vidéo Final Fantasy VII. Comment Denzel a-t-il perdu ses parents ? Pourquoi Cloud s’éloigne-t-il de Tifa après l’ouverture du Septième Ciel ? Dans quelle quête Barret s’embarque-t-il en compagnie de Cid ? Yuffie parviendra-t-elle à combattre la maladie qu’on appelle désormais géostigmates ? Rouge XIII trouvera-t-il sa place parmi les hommes ou parmi les bêtes ? Retrouvez les personnages emblématiques du légendaire RPG dans les deux années qui suivent les événements de Final Fantasy VII, et faites encore avec eux un bout de chemin…

 

 

1409493965-07-final-fantasy-vii

 

Mon avis :

 

Comme le dit le synopsis, ce roman fait office de suite du jeu vidéo du même nom et est une sorte de préquelle du film Advent Children. Si vous comptez lire ce roman sans jouer et/ou regardé le film, vous pouvez passer votre chemin pour cette lecture. Vous serez très vite déçus et ne pourrait pas apprécier cet univers complexe, mais magnifique. Ou alors, vous pouvez toujours tenter l’expérience, mais ne vous attendez pas à du sensationnel.

La première fois que j’ai vus le film, il est vrai que j’ai été un peu perturbé et n’est pas trop compris certains passages. Ce roman est surement ce qu’il y a de mieux pour que le puzzle se rassemble et qu’on puisse comprendre la plupart des événements.

Avant de commencer à donner mon avis, sachez que la saga des Final Fantasy renferme une infinité de référence. Pour tout univers confondus, la mythologie en fait grandement partie et d’un sens c’est assez intéressant de se renseigner sur certain nom que l’on croise dans la saga. Pour les plus curieux d’entre nous c’est une véritable mine d’or de savoir. Ce sont des jeux vidéo de rôle (ce qu’on appelle les RPG). Si vous voulez plus d’information à ce sujet, il y a pas mal de site ou d’article sur le net. Je ne pourrai pas moi-même vous en parler comme il se doit, il y a tellement de choses à dire là-dessus.

Etant une très grande fan de ce numéro-ci en particulier, il me fallait absolument lire ce roman. J’ai joué au jeu, à sa préquelle qui est Crisis Core, j’ai vus le film… (je n’ai pas encore joué à Dirge of Cerberus) Il ne me restait plus qu’à lire ce roman-là.

tumblr_mhj2xcuqdg1s4ig4ao1_500

Pour tout vous dire, je n’ai pas dû été déçus du contenu. Certains diront que les histoires n’ont pas tellement de grands intérêts pour certains personnages. Je dirais que je ne suis pas d’accord. Même si j’aurais aimé voir certains personnages mis en avant. Je trouve que les histoires sont toutes assez importantes.

J’avais l’impression d’y être, je voyais dans les moindres détails l’univers, les paysages, les personnages, etc. Comme je suis familière à tout ça, cela m’a certainement aidé mais, j’étais dans une bulle et c’est souvent ce que je recherche dans une lecture. Ne plus faire attention au monde qui m’entoure, être en harmonie avec l’histoire.

Cela m’a fait un bien fou et j’ai apprécié retrouver tout ce petit monde. J’avais envie de rejouer aux jeux et surtout revoir le film. Ce que je ferai probablement un jour.

Au final, cette lecture a été très agréable et j’encourage les fans de la saga à lire ce roman. C’est un petit plus pour l’histoire de cet opus.

 

 

Le monstre n’est pas toujours celui que l’on croit.

 

giphy

Publicités

Genre : Thriller, Nouvellepocket-home1

92 pages

Editions : Pocket

Prix : ~ 4€

Année de sortie : 2010

couv19178942

 Synopsis :

Harlem Est. 18 novembre. 8h28.
Ils sont tous là, dans le hall de l’entrée du lycée. Plus que quelques minutes avant le début des cours. Parmi les élèves, un adolescent prépare son arme. Le carnage peut commencer…
Quand l’inspecteur Lamar Gallineo arrive sur les lieux, c’est pour découvrir le cadavre du tueur qui a retourné son arme contre lui. L’affaire dépasse rapidement le fait divers : de nouvelles tueries ont lieu dans d’autres établissements.
Lamar doit à tout prix enrayer cette macabre épidémie. Mais les apparences sont trompeuses. Toujours.

 

 

Mon avis :

 

Le besoin de lire une oeuvre de Maxime Chattam se faisait ressentir, mais je n’avais pas envie de roman trop long. J’ai donc décidé de lire cette petite nouvelle.

Nous sommes aux Etats-Unis. A Harlem plus précisément. Un jeune homme entre dans un lycée, son visage est caché et il est armé. C’est ici que commence le Carnage, dans un lycée… L’inspecteur Lamar Gallineo va devoir enquêter sur cette série de Carnages.

Carnages est donc une nouvelle de Maxime Chattam. Nouvelle qui ne m’a pas plus impressionné plus que cela et je trouve cela bien dommage. J’adore ce que fait cet auteur, mais ici, je n’ai pas trouvé ce que je recherchais. Mon avis est donc assez mitigé et j’aurai aimé en avoir plus. Ce qui fait que j’ai tout de même aimé lire ce petit roman, mais que tout est allé trop vite à mon gout.

J’ai beaucoup aimé l’inspecteur Lamar, mais au vus du nombre de page, je n’ai pas eu assez le temps de m’y accrocher plus que ça.

Il y a quelque chose qui me chagrine dans ce roman, mais je ne pourrai pas trop vous en faire part de peur de vous spoiler l’histoire. Je peux simplement vous dire que je ne suis pas convaincus de la fin de l’histoire et que cette enquête à tout de même était assez facile et simple.

Pour la fin, j’ai eue l’impression d’être dans un dessin animé du « je suis le méchant, hahaha!« , mais pas que ça.

En bref, ce fut une agréable lecture, mais sans plus.

 

[…] Il faudrai prendre soin de ne pas faire d’amalgame devant la presse, pour que celle-ci ne se mette à fustiger la culture gothique ou du metal en général. Le rap avait été une cible privilégiée dans les années quatre-vingt et les médias se plaisaient à changer,à trouver un bouc émissaire ou au moins à faire des rapprochements faciles.

 

1320

Genre : Jeunesse, fantastiquemacadam-editions

Editions : Milan, Macadam

341 pages

couv23312775

 Synopsis :

Oubliez Roméo qui se tue pour Juliette.
Oubliez Juliette qui se tue pour Roméo.
La vérité? Les deux amants sont devenus immortels… Roméo s’acharne à séparer ceux qui pourraient s’aimer, quand Juliette doit tout faire pour les réunir.
Entre les deux anciens amants tous les coups sont permis. Car l’amour a fait place à la haine. Pour toujours. Vraiment?

 

 

 

 

Mon avis :

Après avoir lu la pièce de théâtre de Shakespeare, je me suis dit que je pouvais lire ce roman. C’est une sorte de suite à la pièce de théâtre.

Juliette a aimé Roméo, mais ne lui pardonne pas leur tragique destin. Elle s’est retrouvée du côté du bien, les ambassadeurs. Il s’est retrouvé du côté du mal, les mercenaires. Leur âme voyage dans le temps, soit pour réunir les âme-soeur, soit pour les séparer et réaliser l’inévitable. Juliette se retrouve dans l’un des corps qu’on le lui a attribué et se rend compte que Roméo n’est pas loin, dans un des corps choisis pour effectuer sa mission. Qui des deux réussiras sa propre mission ? Ils se détestent à présent et leur rivalité va être mise à l’épreuve.

Qu’en dire, pensant que ce roman pourrait être sympa à lire, j’ai trouvé que l’histoire traînait en longueur. Qu’il y a beaucoup de répétitions dans les phrases. Pourtant, au premier abord, le synopsis me faisait languir et je l’avoue est très bien trouvé. Roméo et Juliette, ces deux âmes-soeur qui s’aimaient, se sont tué et à travers le fantastique d’une suite, se déteste. Mais il manquait dans cette histoire, un petit plus qui m’aurait fait plus apprécier cette lecture.

Ce premier tome est basé, sur la plus grande partie, sur l’histoire de Juliette. On ne voit et suit très peu ce que pense Roméo. L’auteur a sûrement voulu faire un roman basé sur Juliette et un autre sur Roméo, au vus du deuxième tome. Mais dans ce cas, je n’aurai pas mis des chapitres où nous nous retrouvons dans la peau de Roméo. Au contraire, je n’aurai laissé qu’un ou deux chapitres à la fin de l’histoire sur ce que celui-ci ressent et donner envie de lire la suite.

J’ai trouvé un côté brouillon à l’écriture, surtout pour les répétitions des mots. Par exemple : « Piégée, piégée, piégée. ». Ce n’est pas la seule fois où je vois une phrase écrite comme cela dans ce roman et ça m’a beaucoup dérangé. Mais il y a aussi les dialogues entre les personnages, certains passages étaient inutiles.

Les personnages ne m’ont pas laissé un petit quelque chose à la fin de ma lecture. Je n’ai pas accroché à Roméo ou Juliette et les autres personnages.

Juliette est agaçante et ne sait pas ce qu’elle veut. Un moment elle aime un garçon, dit qu’elle ne veut que lui etc. Quelques pages plus tard, elle revient sur sa décision, qu’elle ne peut pas faire ça. Certes, ce n’est pas son corps, mais je l’ai trouvé égoïste de ne penser qu’à ses propres sentiments, surtout vers le dernier quart du roman. Roméo est un sadique, mais je n’ai pas réussi à le cerner.

En bref, je n’ai pas vraiment aimé ma lecture et j’aurai préféré un peu plus de contenus et d’action. Mais je laisserai une dernière chance à cette saga en deux tomes.

– Le passé…
Il fait un pas vers moi, mais s’immobilise alors que je brandis la lampe.
– … le passé ne peut-être changé, mais l’avenir… l’avenir est devant nous. La vie, l’amour, tout ce que tu as toujours désiré.

1020

Genre : Conte

Editions : J’ai Lu

151 pages

 

couv35911587

 Synopsis : (Source Livraddict)

 

 » Comment on va faire maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi ? Qu’est-ce que ça veut dire la vie sans toi ? Qu’est-ce qui se passe pour toi là ? Du rien? Du vide ? De la nuit, des choses de ciel, du réconfort ?  » Mathias, une trentaine d’années mais une âme d’enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu’il rencontre sur le parking de l’hôpital, que serait-il devenu ? Giant Jack, 4,50 m,  » docteur en ombrologie « , soigne les gens atteints de deuil. Il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et rêver malgré la douleur… Il le fera grandir.

 

 

 

 

Mon avis :

 

Mathias Malzieu est quelqu’un que j’aime de plus en plus. Autant en tant que chanteur de Dionysos qu’Ecrivain. Je me sens transporter à chaque fois dans son univers imaginaire et étrange. Tout comme La Mécanique du Coeur, ce roman est un petit coup de coeur.

Cette histoire n’est pas comme les autres. C’est une sorte autobiographie de Mathias Malzieu.
Mathias, une trentaine d’année, apprend le décès de sa mère. Il a du mal à surmonter cette évènements et fait la rencontre d’un géant de 4m50 et â de 130 ans : Giant Jack, docteur en « ombrologie ». Il soigne les personnes ayant du mal à surmonter le deuil.

C’est ainsi que commence l’histoire extraordinaire de Mathias. On rentre directement dans le vif du sujet c’est-à-dire le décès de sa mère et on ressent toute la tristesse qu’il endure chaque jour. Jusqu’à ce qu’il commence à avoir de l’amélioration. Comme toujours, c’est son univers si particulier qui donne un charme à l’histoire qu’il raconte. J’ai vraiment été charmé par ce roman. Je suivais Mathias dans son petit monde en compagnie de Jack le Géant et c’était un véritable plaisir.

Je n’en attendais pas moins de ce roman. Je m’imaginais toutes les créatures qu’on a pu croiser dans ce livre et mon préféré restera Giant Jack. Il est tellement charismatique et drôle.

Le coup de coeur encore et toujours, après La Mécanique du Coeur. J’espère que mes coups de coeur continuerons sur cette lancée avec les autres oeuvres de Mathias Malzieu.

Petite anecdote, ce roman a été inspiré de l’album Monster In Love.

Il y a bien les souvenirs mais quelqu’un les as électrifiés et connectés à nos cils, dès qu’on y pense on a les yeux qui brûlent .

 

Genre : Thriller

Editions : Le Livre de Poche (Thriller)

569 pages

 

couv64847471

Synopsis : (source livraddict)

Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…

 

 

Mon avis :

Ayant beaucoup entendu parler de ce roman et de par ma curiosité, j’ai voulu me rendre compte moi-même pourquoi il avait autant de succès. Il faut dire que je n’ai pas été déçu du tout !

D’un côté nous avons Mila Vasquez, une experte pour résoudre les affaires d’enlèvement, de l’autre une équipe entière qui a fait appel à son talent. Leur affaire ? Après la disparition de 5 petites filles et la découverte d’un cimetière de bras (de ces fillettes), nos « héros » sont vraiment malmené par celui qui les ont enlevées. Pourquoi ? Sont-elles déjà mortes ? Que va-t-il arriver ? Il suffit de le lire pour le savoir.

J’ai eu un petit peu de mal pour le début de ce roman, mais pourtant on n’a pas le temps de se demander ce qu’il se passe. Quand je dis que j’ai eu du mal, c’est pour l’affaire dont les agents sont affectés. Ils tournent en rond pendant un moment et c’est pour cela que j’ai mis pas mal de temps à le terminer.

Pourtant, ce roman est plein de rebondissements, on ne sait plus qui soupçonner. A certains moment, je me disais « Oh, je le savais ! » et quand je ne m’y attendais pas je me disais « non, ce n’est pas possible!« . Ce roman est vraiment très prenant et par la suite, on ne s’en lasse pas.

Je le conseille à tous les amoureux des thrillers et moi, je vais attendre un peu pour lire la suite qui n’est autre que L’Écorchée.

Leur seul désir n’était pas de se résigner, mais de pouvoir arrêter d’espérer. Parce que l’espoir tue plus lentement.