Articles Tagués ‘Tome 1’

Genre : BD, Humouristiquelogo-dupuis-blanc-01-577x198

48 pages

Prix : 14€50

Année de sortie : 2010

 

couv6303532

Synopsis :

 

Francis von Bloodt, vampire de son état, gère en bon père de famille le parc d’attractions Zombillénium. On n’embauche pas n’importe qui, chez Zombillénium : les simples mortels n’ont qu’à passer leur chemin, ici on ne travaille qu’avec d’authentiques loups-garous, vampires et momies. C’est ce que va découvrir Aurélien, un homme au bout du rouleau, trompé par sa femme ; et qui va se retrouver embauché malgré lui dans cette étrange entreprise. Gretchen, sorcière stagiaire, va l’aider à faire ses premiers pas…

 

 

 

 

Mon avis :

 

J’ai vus cette BD un peu partout sur la blogosphère. Le titre et la couverture m’ont beaucoup intrigué. J’avais envie de la lire depuis pas mal de temps. Et j’ai réussi à me le procurer pour trois fois rien dans un magasin d’occasion.

Zombillenium est en fait un parc d’attraction avec de vrais monstre, seulement les visiteurs (les humains) ne s’en rendent même pas compte. Le parc est sous la responsabilité de Francis Von Bloodt, un vampire.
Pour être embauché dans le parc, il suffit de devenir un monstre et c’est ce qu’est devenu Aurélien, un homme sur le point de faire une énorme erreur. Il devient à son tour un monstre. Ce dernier fait la rencontre de Gretchen, une sorcière apprentis. Pour Aurélien, sa vie va complêtement changer au moment de cette rencontre.

Cette BD est bourré d’humour et elle m’a fait sourire à certains passage. Je n’ai pas été tordu de rire, mais c’était appréciable.

Comme je l’ai déjà dis dans mes autres avis sur les BD, je suis très difficiles avec les coups de crayon des dessinateurs. Ici, j’ai très apprécié les dessins.
J’ai apprécié ce tome, mais je ne sais pas si je lirais la suite, un jour peut-être.

 

En échange de leur âme, j’offre un job dans mon parc à tous ces malheureux. Je crée des emplois.
Je suis un diable moderne.

 

 

Genre : Bit-Lit, Science-fictionLogoOrbit

Epub

Prix : 7€49 (Amazon Kindle)

Année de sortie : 2011

 

couv22161447Synopsis :

Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire et fille d’un père italien, mort. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, défiant la plus élémentaire des politesses, ne lui avait pas été présenté. Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ? Qui sont vraiment ses ennemis, et aiment-ils la tarte à la mélasse ?

 

Mon avis :

C’est une saga qui m’a énormément intrigué depuis plusieurs mois et j’ai enfin pu avoir l’occasion de lire le premier tome. Ce fut une agréable lecture, proche du coup de coeur !

Alexia Tarrabotti est une personne pas comme les autres, elle n’a pas d’âme. Durant un banquet, elle se fait attaquer par un vampire, mais pourquoi ? Entre temps, des vampires disparaissent et de nouveau montre leurs crocs. Lord Maccon, un beau loup-garou est mis sur l’affaire par la reine Victoria elle-même. Ce n’est que le commencement d’une drôle d’affaire.

N’aimant pas spécialement la bit-lit en elle-même, j’ai décidé de me lancer avec le premier tome du Protectorat de l’Ombrelle. Et j’ai vraiment appréciée cette lecture. J’ai été même surprise d’avoir autant apprécié ce genre. Ce qui m’a surtout aidé à apprécier cette lecture est tout simplement l’univers et les personnages. Un univers Steampunk, des personnages hauts en couleur, rien de mieux que de me faire craquer.

Alexia est le personnage principal et celle que j’ai le plus apprécié. La relation quelle entretien avec Lord Maccon m’a énormément fait sourire à plusieurs reprises. En parlant de Lord Maccon, le beau loup-garou écossais, quoi de mieux pour faire craquer les filles ? En tout cas, pour moi, c’est bien un personnage qui m’a fait craquer.

Il n’y a pas que ces deux personnages que j’ai appréciés, il y en a encore d’autres bien entendu. Comme Lord Akeldama, un ami d’Alexia, qui adore les potins et tout savoir.

Les dirigeables, les ombrelles, les jolies robes, etc. Quoi de mieux pour moi qui adore ce genre d’univers et qui me fait tellement rêver.

Gail Carriger a réussi à me faire apprécier la Bit-lit et à m’emporter dans son univers. Je ne dirai pas que je lirais de plus en plus de bit-lit après cela, mais ce qui est sûr (pour le moment), c’est que je continuerai à lire cette saga.

J’espère sincèrement que cette saga ne me décevra pas.

16/20

Genre : Shojo, Romance, Tranche de vie, ComédiePika-Edition-Logo-right

169 pages

Editions : Pika

Prix : 6 € 95

Date de sortie (en France) : 03 septembre 2014

 

couv44860434 Synopsis :

 

Mei, 16 ans, est le souffre-douleur de son lycée. Harcelée par ses camarades, elle n’a aucun ami jusqu’au jour où elle frappe par erreur Yamato, l’élève le plus populaire du lycée. Sidéré du manque d’intérêt qu’elle lui porte, Yamato décide de se rapprocher de cette fille singulière. Malgré les moqueries de ses camarades, il la salue, lui parle et l’invite, sans se soucier d’être ignoré par une Mei bien étonnée qu’on lui témoigne tant d’attentions. C’est le début d’une relation entre deux êtres que tout oppose.

 

 

 

 

Mon avis :

Je ne savais pas vraiment de quoi parlé ce shojo, je dois dire que je suis un peu partis à l’aveuglette, mais je n’en ressors pas déçu pour autant.
Un shojo tout mignon, pleins de guimauve, mais qui a ces petits côtés sombres.

Mei n’a aucun ami et pas de petit ami parce qu’elle ne croit plus à l’amitié et ne fait confiance à personne. Elle est le vilain petit canard du lycée et se fait harcelé tous les jours par les filles, mais aussi par les garçons. C’est à cause d’un quiproquo avec le garçon le plus populaire du lycée qu’une jolie petite histoire va commencersay-i-love-you-1028715

C’est un bon début pour cette saga. C’est une histoire assez simple, le garçon le plus populaire tombe amoureux de la fille en retrait.
Qu’on aime ou qu’on n’aime pas. On en ressors pas totalement indifférent.

Mei est un personnage très timide, mais que j’ai tout de suite apprécié par sa façon de penser. Même si elle paraît maladroite au premier abord. Elle est toute mignonne et on a envie de la protéger. Comme le fait Yamato, le beau gosse de l’école, mais aussi le plus populaire. C’est lui qui va protéger la petite Mei. J’ai eu un énorme coup de coeur pour ce personnage, même si pour le moment, on ne sait pas grand-chose sur lui. Il y a aussi Asami, une jeune fille qui deviendra très vite la meilleure amie de Mei.

Je n’ai toujours pas vu l’animé, je préfère lire le manga avant tout et je suis très pressée de lire le tome 2. Rien que pour retrouver ce petit couple adorable, mais surtout pour Yamato. Parce que, oui ! Je craque pour ce personnage. J’adore sa coupe de cheveux !

Pour ce qui est de la couverture, je dois dire qu’elle est très jolie. Mais la couverture japonaise est tout de même la mieux approprié pour le début de la saga. Les éditions Pika sont d’ailleurs les seuls (entre les éditions japonaises et américaines) à avoir changé la couverture.

J’ai passé un agréable moment, même si ce premier tome est passé à la limite du coup de coeur. J’attends de lire la suite pour en avoirle coeur net.

say-i-love-you-1028665

Trailer de l’animé

Genre : Manga, Shonen, Action, Aventurekurokawa-logo

512 pages

Editions : Kurokawa

Prix : 10€

couv32363883

 Synopsis :

Rouge est un jeune garçon plein d’ambition et de fougue. Sa plus grande fierté: être considéré comme le meilleur Dresseur de Pokémon des environs de Bourg Palette ! Le Professeur Chen va le convaincre de partir à la découverte de nouveaux Pokémon pour compléter l’encyclopédie les répertoriant: le fameux Pokédex !
Rejoignez Rouge dans sa quête et découvrez la grande aventure par laquelle tout a commencé !

 

 

 

Mon avis :

Après avoir vue la vidéo de Didi et de sa chronique sur ce Manga, je suis allée m’acheter ce tome qui est une réédition de la fameuse saga du même nom.

Rouge (ou Red) est un jeune dresseur de Pokémon. Il va avoir la chance de sortir de son petit village et enfin découvrir d’autres horizons. Il va surtout faire d’autres rencontrent, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, capturer d’autres Pokémon, mais surtout essayer de devenir le meilleur dresseur de Pokémon.

xpokemon-grande-aventure-kurokawa-L-Wsevf5.jpeg.pagespeed.ic.6-GFqhwPVdComme je l’ai dit plus haut, ce tome est une réédition de la saga sortis en 2001 en France. D’ailleurs il n’y a eu que les 6 premiers tomes de sortis par l’édition Glénat. Ces trois premiers tomes regroupés l’arc Bleu/Rouge/Vert et les trois derniers regroupes le début de l’arc Jaune.
En 2011, l’édition Kurokawa reprend la Licence de Pokémon et commence l’histoire à partir de l’arc de Pokémon Noir et Blanc. C’est à partir de juin 2014 que Kurokawa réédite les trois premiers tomes de cette saga et regroupe les trois premiers tomes des deux premiers cycles en trois volume.

EcranprincipalPokemonRougeBleu

Le Manga est donc une inspiration des jeux vidéos (Bleu, Rouge, Vert et Jaune) de l’auteur Satoshi Tajiri, qui sont toujours aussi populaires aujourd’hui en 18 ans d’existence.
Dans ces jeux, nous prenons place dans un monde peuplé de monstre que nous appelons des Pocket Monster (ou plus précisément des Pokémon). Nous sommes donc un simple amateur de Pokémon, dans un petit village et c’est là que l’aventure commence. Le Professeur Chen (un chercheur pokémon) nous offre un pokémon en échange de devoir capturer le plus de pokémon possible pour ses recherches et pour remplir le Pokedex. Trois pokémon de type différent s’offre à nous : le type feu (Salamèche), le type eau (Carapuce) et le type plante (Bulbizarre). L’aventure peut enfin commencer et nous ne sommes pas au bout de nos surprises. Entre capture de Pokémon, des combats, les arènes, etc., nous avons de quoi faire pour nous aventurer dans cet univers.

Revenons donc au Manga qui est le but de cet avis. J’ai été très agréablement surprise par le contenu et la qualité de ce Pokemon-LGA-Rougepremier tome. En effet, il y a moins de censure que dans les autres éditions françaises et la traduction est beaucoup mieux.

Ce fut un merveilleux moment passé en compagnie de Rouge et de ses amis. Beaucoup de rencontres et de soucis réglés. L’univers Pokémon est très vaste et on est toujours imprégné dans l’histoire et dans les combats qui se déroulent. Malgré que Rouge soit un peu impulsive et foufou dans sa façon d’agir. Il se retrouve toujours dans des situations assez cocasses voir même dangereuses, mais ses actes n’en restent pas moins réfléchis et il arrive toujours à s’en sortir, avec l’aide ou pas d’une de ses connaissances.
Les personnages sont tous aussi touchant les uns que les autres. Le rival de Rouge, qui n’est autre que Bleu colle très bien au personnage du jeu vidéo. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, il reste le personnage le mieux représenté pour moi dans ce Manga.

Les dessins paraissent simple, mais c’est sans doute le meilleur moyen de voir ce qu’il se passe et colle très bien à l’univers de Pokémon. Je trouve aussi que la version animé est beaucoup moins bien que la version papier (sauf les 4 petits épisodes qui sont sortis il y a quelques mois). Hidenori Kusaka et Mato forment un très bon duo pour le scénario et le dessin. On ressent vraiment ce qu’est l’univers Pokémon. D’ailleurs, sur quelques planches, on retrouve quelques dessins sortis tout droit du jeu vidéo.

Il y a quelques petits points que je trouve dommage dans ce tome, les événements passent très vite. Tellement vite qu’on en prend pleins aux visages et qu’on n’a pas le temps de souffler. J’aurai aimé avoir un peu plus de détails sur les villes que Rouge explore.

J’ai aussi remarqué quelques fautes d’inattention, mais qui ne m’ont pas plus dérangé que cela.

L’univers de Pokémon est vraiment très vaste et je pourrais passer des heures à en parler. Il y a tellement de choses à dire, tellement de choses à découvrir entre les divers Pokémon, les jeux vidéos, les anecdotes, les creepypasta et bien d’autres choses encore. C’est un univers que découvre et redécouvre chaque génération de joueurs (ou non).

Pour finir cette « très longue » chronique, je vous dirai simplement que c’est un univers à découvrir autant par les jeux-vidéos que par le Manga. Ce Manga est un très gros coup de coeur et je serai ravis de me replonger dans les aventures de Rouge et de ses Pokémon. Je vous invite d’ailleurs à aller voir les vidéos de Didichandouidoui sur les différentes énigmes sur Pokémon.

 

Peu importe le nombre ou la puissance des Pokémon que l’on possède.
Rien n’est plus fort que le lien qui unit un Pokémon à son dresseur.

 

9782723436298_pg

 

Coupde

Genre : Bande-dessinée, humoristiqueHUGO-BD

Editions : Hugo & Cie (BD)

46 pages

Prix : ~ 10€

10

 Synopsis :

Jeux vidéo.
Dessins animés et délires !
Le joueur du grenier nous raconte sa folle jeunesse. Là où tout à commencé !

 

 

 

 

Mon avis :

 

J’avais besoin d’une petite lecture détente et surtout rapide. Comme j’avais quelques BDs chez moi, j’ai décidé de découvrir celle du Joueur du Grenier.

Mais d’abord qui est-il ? Le Joueur du Grenier de son vrai nom Frédéric Molas est un youtuber testeur français. Ses vidéos,130622_jdg
je pense que nous sommes pas mal à les connaître, surtout les gamers ou petit geek. Il fait différente vidéo sur le thème du « jeu pourris », mais pas que. Toujours accompagné de son ami Sébastien Rassiat, le caméraman.

Le concept des vidéos qu’ils réalisent est une inspiration au Angry Video Game Nerd de James Rolfe, un Américain qui est lui aussi testeur de jeux vidéos de grandes difficultés ou « mauvais ».

Pour plus d’information, je vous dirige vers le site du Joueur du Grenier.

Revenons maintenant vers la BD. C’est une BD par Piratesourcil (adepte de l’humour noir).

Par ces petites histoires courtes, nous retrouvons beaucoup d’éléments des années 90 dont les tortues Ninja, le club Dorothé, la game boy, le minitel etc.
Sur un ton humouristique, nous retrouvons Frédéric Molas nous racontant son passé « quand il était jeune » et ses toutes premières fois avec la nouvelle technologie de l’époque.
On retrouve beaucoup de clin d’oeil pour différent podcasteur de youtube. Comme Usul par exemple.

J’ai passé un bon petit moment en compagnie de la petite bande. Mais ce que je trouve dommage c’est que l’humour n’est pas celle que j’attendais. Je suis fan de ce que fait Frédéric dans ses vidéos (je le suis depuis pas mal de temps déjà), mais il manquait un petit quelque chose qui fait que j’aurai pu retrouver le bon JDG des vidéos.

A part ce petit détail, c’est une bonne Bande-dessinée détente.
Les dessins sont pas mal du tout (oui je suis très à cheval sur la qualité graphique des dessins au niveau de la BD), Piratesourcil a réussi a créer notre JDG et ses acolytes en Bande-dessinée.

Le tome 2 attend bien sagement dans ma PAL et je pense le lire sous peu.

 

joueurdugrenier-580x782

 

 

1520

 

 

 

 

 

Genre : Historique

Editions : Albin Michel

335 Pages

Prix : ~ 24 €

 

couv67556781

Synopsis :

Mystère, Énigmes et Secrets du passé sont autant de clés pour découvrir la petite histoire de la grande. Avec l’aide des plus éminents de nos historiens d’aujourd’hui, nous avons tenté d’élucider une trentaine d’énigmes, sachant que l’Histoire est, comme la science, en perpétuelle évolution sur le chemin de la vérité. Ainsi de nouveaux dossiers ont pu être rouverts en s’appuyant sur des figures emblématiques et, à travers elles, raconter une époque, percer à jour certains secrets. L’Histoire constitue le socle de notre nation, un trésor et un patrimoine communs qui confèrent à chacun d’entre nous – quelle que soit notre origine – ce sentiment d’appartenance à un même peuple. Mes ancêtres n’étaient pas gaulois, loin s’en faut, mais l’étude passionnée de l’Histoire de France m’a permis d’aimer ce pays qui m’a vu naître. Un peuple qui ne sait pas d’où il vient, ne sait pas où il va.

 

 

 

Mon avis :

Stéphane Bern, ce fameux Stéphane. Qu’on aime ou pas, mais qui a une sacrée culture historique. On ressent vraiment_300STEPHANEBERNSTUDIOPHOTO_219523(001) qu’il aime ce qu’il fait. Présentateur télé, animateur de radio, journaliste et écrivain franco-luxembourgeois. Il est aussi un spécialiste des familles royales et qui ont pu régner en Europe. Stéphane est multi-casquette et c’est ce qu’on apprécie le plus chez lui C’est une personne que j’apprécie énormément. Pour moi il est au même titre que Pierre Bellemare. J’ai donc décidé de lire les différentes histoires que regroupe ce tome.

Vous connaissez sans doute l’émission « Secrets d’Histoire », qui passe sur France 2 en compagnie de Stéphane Bern. Ici, c’est un peu le même cas, sauf que plusieurs histoires courtes sont regroupées. Autant d’histoires aussi intéressantes les unes que les autres. En passant par Marie-Antoinette, Napoléon ou encore l’Homme au masque de fer.

Au cours de ma lecture et sûrement parce que je regarde assez souvent l’émission « Secrets d’Histoire », je me suis étonnée à lire les pages comme pourrais nous conter Stéphane et j’ai trouvé ça très plaisant. Sa façon de parler est un bon moyen pour bien apprendre et retenir certains passages et événements.

J’ai adoré me plonger ou/et replonger dans certaines de ces histoires qui me fascinent toujours autant. (je parle bien entendu et surtout pour l’histoire de Marie-Antoinette). Malgré le fait que chaque histoire de personnage ne fasses que quelques pages et que tout n’est pas dit, j’ai apprécié le fait d’en apprendre un peu plus sur le passé de ces personnages qui font partie de notre passé.

Je conseille vivement ce livre à tous les amoureux d’histoire et qui aimeraient en savoir un peu plus sur différentes parties de notre passé, mais aussi si vous aimez Secrets d’Histoire et Mr Bern.

Coupde

Genre : Jeunesse, fantastiquemacadam-editions

Editions : Milan, Macadam

341 pages

couv23312775

 Synopsis :

Oubliez Roméo qui se tue pour Juliette.
Oubliez Juliette qui se tue pour Roméo.
La vérité? Les deux amants sont devenus immortels… Roméo s’acharne à séparer ceux qui pourraient s’aimer, quand Juliette doit tout faire pour les réunir.
Entre les deux anciens amants tous les coups sont permis. Car l’amour a fait place à la haine. Pour toujours. Vraiment?

 

 

 

 

Mon avis :

Après avoir lu la pièce de théâtre de Shakespeare, je me suis dit que je pouvais lire ce roman. C’est une sorte de suite à la pièce de théâtre.

Juliette a aimé Roméo, mais ne lui pardonne pas leur tragique destin. Elle s’est retrouvée du côté du bien, les ambassadeurs. Il s’est retrouvé du côté du mal, les mercenaires. Leur âme voyage dans le temps, soit pour réunir les âme-soeur, soit pour les séparer et réaliser l’inévitable. Juliette se retrouve dans l’un des corps qu’on le lui a attribué et se rend compte que Roméo n’est pas loin, dans un des corps choisis pour effectuer sa mission. Qui des deux réussiras sa propre mission ? Ils se détestent à présent et leur rivalité va être mise à l’épreuve.

Qu’en dire, pensant que ce roman pourrait être sympa à lire, j’ai trouvé que l’histoire traînait en longueur. Qu’il y a beaucoup de répétitions dans les phrases. Pourtant, au premier abord, le synopsis me faisait languir et je l’avoue est très bien trouvé. Roméo et Juliette, ces deux âmes-soeur qui s’aimaient, se sont tué et à travers le fantastique d’une suite, se déteste. Mais il manquait dans cette histoire, un petit plus qui m’aurait fait plus apprécier cette lecture.

Ce premier tome est basé, sur la plus grande partie, sur l’histoire de Juliette. On ne voit et suit très peu ce que pense Roméo. L’auteur a sûrement voulu faire un roman basé sur Juliette et un autre sur Roméo, au vus du deuxième tome. Mais dans ce cas, je n’aurai pas mis des chapitres où nous nous retrouvons dans la peau de Roméo. Au contraire, je n’aurai laissé qu’un ou deux chapitres à la fin de l’histoire sur ce que celui-ci ressent et donner envie de lire la suite.

J’ai trouvé un côté brouillon à l’écriture, surtout pour les répétitions des mots. Par exemple : « Piégée, piégée, piégée. ». Ce n’est pas la seule fois où je vois une phrase écrite comme cela dans ce roman et ça m’a beaucoup dérangé. Mais il y a aussi les dialogues entre les personnages, certains passages étaient inutiles.

Les personnages ne m’ont pas laissé un petit quelque chose à la fin de ma lecture. Je n’ai pas accroché à Roméo ou Juliette et les autres personnages.

Juliette est agaçante et ne sait pas ce qu’elle veut. Un moment elle aime un garçon, dit qu’elle ne veut que lui etc. Quelques pages plus tard, elle revient sur sa décision, qu’elle ne peut pas faire ça. Certes, ce n’est pas son corps, mais je l’ai trouvé égoïste de ne penser qu’à ses propres sentiments, surtout vers le dernier quart du roman. Roméo est un sadique, mais je n’ai pas réussi à le cerner.

En bref, je n’ai pas vraiment aimé ma lecture et j’aurai préféré un peu plus de contenus et d’action. Mais je laisserai une dernière chance à cette saga en deux tomes.

– Le passé…
Il fait un pas vers moi, mais s’immobilise alors que je brandis la lampe.
– … le passé ne peut-être changé, mais l’avenir… l’avenir est devant nous. La vie, l’amour, tout ce que tu as toujours désiré.

1020

Genre : Manga, Shojo, Tranche de vie, école, romance

Editions : Kana – Collection : Shojo Kana

181 pagesKana

Date de Parution en France : 05/07/2014

Prix : 6 € 85

 

couv19825470

 Synopsis :

 

Futaba s’est transformée à son entrée au lycée. Douce et féminine au collège, elle est devenue plus énergique et garçon manqué dans l’espoir de se faire des amies. Mais ses nouvelles amitiés sont artificielles et Futaba va bientôt remarquer les limites de son changement de personnalité…

 

 

 

 

Mon avis :

 

Une saga que j’ai découverte par hasard. J’ai été séduite par la couverture que je trouve magnifique. Partis à l’aveuglette, je me suis lancée dans ce Shojo.

La jeune Futaba n’aime pas les garçons, elle les trouve bruyant, pas soigneux, violents… Mais, il y en a un qu’elle trouve différent des autres. Un garçon pas très grand, qui n’a pas une voix grave, presque comme une fille. Ce jeune homme est Tanaka. Ils vont tomber amoureux, un amour de collégien, un premier amour. Mais un jour, par un malentendu, il va disparaître. Elle entendra quelques temps plus tard qu’il a déménagé. Les années passent et Futaba arrive au lycée. Avec ses nouvelles amies, elle vit la vie d’une lycéenne peu féminine et qui mange beaucoup. Quand dans les couloirs du lycée, un garçon l’a bouscule… Qui est-il ? Il ressemble étrangement à quelqu’un qu’elle connait.

p1« Gna ! » Une réaction que je qualifierai presque comme une explosion de sentiment. C’est beau, c’est mignon, c’est frais.

Ce que j’aime dans ce manga, c’est de voir que le personnage principal féminin (Futaba), ce n’est pas une jeune fille énervante ou cul cul la praline. Pas du tout, elle est simplement une jeune fille qui veut cacher ce qu’elle est vraiment pour ne pas être seule. Elle manque juste de confiance en elle.

Kou Tanaka est un très beau garçon. Il semble froid avec notre petit Futaba, mais il ne peut pas s’empêcher à la sortir du pétrin.

Io Sakisaka est un très bon mangaka. Le design de son univers m’a envoûté et je suis entièrement conquise. Les expressions des personnages sont tout simplement délicieux.

Les éditions Kana font du très bon travail et ici encore c’est du bon travail. Blue Spring Ride est un joli cupcake qu’on aimerait manger et savourer. C’est rempli de saveur qui nous fait fondre.

Cette expérience avec les Shojos me donne envie d’en lire encore plus et de découvrir toutes les autres histoires. Une très bonne expérience, je dirais.

C’est un véritable coup de coeur.

Coupde

Si on perd quelque chose il suffit de le reconstruire.

Plus d’info :

Blue-Spring-Ride-anime-image-112

Pour les plus curieux, un animé est en cours et les 6 premiers épisode sont déjà sortis.

Site de l’animé pour plus d’information. (ja)

A la fin de l’année sortira un film live.

Site du film live pour plus d’information. (ja)

Trailer de l’animé :

Genre : Bande-dessinée, Policier

Editions : Dargaud

48 pages

blacksad-tome-1-quelque-part-entre-les-ombres-7968044Synopsis :

« Parfois, quand j’entre dans mon bureau, j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble aux vestiges de l’être civilisé que je fus jadis ».
Ainsi parle Blacksad, détective privé aux méthodes musclés, mais à la sensibilité à fleur de peau. Il aimerait bien être plus guilleret, l’animal, mais la dépression le ronge, et pour une juste cause : Natalia Wilford, actrice à succès et ancien amour encore si présent, vient de se faire cruellement assassiner. Blacksad va donc, en dépis des conseils du commissaire Smirnov, tenter d’élucider la mort de son ancienne compagne afin de retrouver la paix. Mais l’enquête est bien loin d’être aisée pour notre héros, qui se lance dans un combat dont l’opposant peut être bien plus puissant qu’il ne le soupçonne…

 

 

Mon avis :

Une BD que je voulais ABSOLUMENT découvrir depuis déjà plusieurs mois. Mais je n’ai pas eu l’occasion de me procurer les tomes. C’est en partant en vacances dans une maison d’hôte que j’ai eu la surprise et la joie de découvrir les cinq premiers tomes de cette saga. J’ai sauté sur l’occasion de les lire pendant mon séjour.

John Blacksad est un chat. Mais pas n’importe quel chat, c’est un chat détective au physique humain et au visage animal. (Ceci a un nom : l’Anthropomorphisme.). John va devoir résoudre une affaire de meurtre, mais pas n’importe laquelle, c’est une ancienne connaissance, une de ses ex-petite amie.

Dans cette Bande-dessinée l’Anthropomorphisme est la base des dessins. Ce qui nous donne un plus du côté graphique. Mais ce n’est pas dérangeant pour autant, le côté humain des personnages est omniprésent. On cherchera toujours à savoir à quoi correspond chaque personnage.

L’histoire en elle-même est vraiment prenante et on ne ce doute pas qui est le meurtrier.

J’ai énormément été touché par le personnage de Blacksad. Il a beaucoup de classe. C’est un personnage assez mystérieux au final, mais qu’on adore. Le commissaire Smirnov aussi est assez attachant, même si on ne sait pas vraiment qui il est.

L’univers qu’on crée le dessinateur et le scénariste est vraiment bien fait. On pourrait se croire dans un polar d’il y a plusieurs années. Le décor et l’ambiance représentent un travail bien fait et ils ont réussi à m’émerveiller devant le coup de crayon du dessinateur.

C’est une réussite pour ce premier tome et c’est ce qui m’a donné envie de lire la suite. Il n’en reste pas moins à la limite du coup de coeur.

Désormais j’étais condamné à ce monde là : une jungle où le gros dévore le petit, où les hommes se comportent comme des animaux.

blacksad_tome1_2b

Genre : Manga, Seinen, Surnaturel

Editions : Kana – Collection : Dark

178 pages

couv46122125

Synopsis : (Source Éditeur)

Teiichi Niiya est un étudiant sans histoires en 1re année au Collège Seikyô. Il est loin de se douter qu’il va rencontrer une fille bien étrange,Yûko Kanoe, en arpentant les couloirs du bâtiment désaffecté de son collège. Étrange c’est le moins que l’on puisse dire puisque très vite, Teiichi va se rendre compte qu’il s’agit… d’un fantôme !
Ne se rappelant plus de son passé, Yûko va tenter -avec l’aide de Teiichi- de résoudre les phénomènes étranges qui frappent leur école en espérant que ces mystères leurs permettent d’en apprendre plus sur le sombre passé de Yûko.

 

 

 

Mon avis :

Comme les deux tomes de ce manga est sorti il y a peu et après avoir entendu parlé de l’animé, qu’il était sympa et assez prenant etc. J’ai décidée de le lire pour avoir mon propre avis et venir le partager avec vous.

Nous suivons Teiishi Niiya, un jeune collégien assez courageux pour entrer dans le bâtiment qui est, apparemment, hanté par un fantôme. Ce qui ne fait pas du tout peur à notre ami Teiishi, au contraire. Il ne se sent tout de même pas à l’aise dans ce bâtiment et va être bien surpris en rencontrant Yûko, une jeune fille bien mystérieuse. C’est un fantôme et ne sait pas pourquoi elle en est arrivée là. Elle a perdu la mémoire. Va s’en suivre une enquête sur la mort mystérieuse de cette jeune fille. Teiishi et Yûko vont créer une véritable équipe d’enquêteur.

Pour tout dire, je ne savais pas trop de quoi parlé ce manga et j’ai été assez surprise. Ce premier tome pose les bases sur ce qui nous attend plus tard et il faut l’avouer, je suis restée sur ma faim ! J’en attendais peut-être beaucoup plus. Mais les choses sérieuses arriverons peut-être au tome 2. Mais ce n’est pas tout, même si ce manga à des tendances assez sombres dans l’ensemble, le côté humoristique donne une touche en plus à l’histoire.

Le personnage le plus attachant est sans aucun doute Yûko. Malgré ce qui lui arrive, elle trouve toujours le moment pour plaisanter et mettre dans l’embarras Teiishi.

Parlons des dessins, ils collent vraiment très bien à l’univers du manga. Les expressions des personnages sont assez bien réalisés et ça compte aussi pour les petits passages humoristique.

C’est un manga en 10 tomes, sa première publication date de 2009 par l’Editeur SqUare Enix. Un animé est alors sorti en 2012 et c’est en 2014 que les éditions Kana décide de nous publier les tomes de Dusk Maiden Of Amnesia.
Comme d’habitude, Kana nous offre un manga soigné. Pour ne pas trop nous laisser sur notre faim de ce premier tome, Kana a publié le deuxième tome de la série. Qui n’est pas plus mal pour les amoureux de cette série et ceux qui, comme moi, veulent en avoir plus.

Dusk Maiden Of Amnésia est un bon manga. Un avis sur le premier tome ne peut pas être 100% satisfaisant l’intrigue à du mal à avancer, mais on sent tout de même qu’il y a du potentiel et on aimerait plus.

 

Ce bâtiment de l’école a été construit sur un terrain interdit.
La terre était maudite, et les gens en avaient très peur.
Afin que cesse la malédiction, il fallait sacrifier une vie humaine.
C’est une élève de l’école qui fut choisie.
Elle fut enfermée vivant quelque part dans l’école.

 

planche 1